Ecoutez Radio Sputnik
    Le porte-avions français Charles-de-Gaulle

    Paris intensifiera sa lutte contre Daech en Irak

    © AP Photo / Claude Paris
    International
    URL courte
    La lutte contre Daech (229)
    21821

    La France envisage de renforcer son soutien à l'armée irakienne dans le cadre de la lutte contre Daech et redéployer son porte-avions Charles-de-Gaulle dans la région.

    Le Charles-de-Gaulle avait été déployé une première fois en avril 2015 puis en novembre dernier, lorsque le groupe aéronaval avait pris le commandement de la composante maritime de la coalition internationale anti-Daech emmenée par les Etats-Unis.

    "Le groupe aéronaval avec le porte-avions Charles-de-Gaulle sera de nouveau déployé au sein de l'opération Chammal à l'automne (…). Nous devons frapper et détruire ceux qui nous ont agressés ici en janvier et en novembre 2015", a déclaré le président français François Hollande lors d'un discours au ministère de la Défense à la veille du défilé militaire du 14 juillet.

    Lors de leur dernière mission dans le Golfe, les chasseurs embarqués sur le Charles-de-Gaulle ont réalisé 23 missions de renseignement au-dessus de l'Irak et de la Syrie et effectué 80 frappes contre les positions de Daech.

    Paris participe à la lutte contre Daech depuis septembre 2014 en Irak et depuis septembre dernier en Syrie. A l'heure actuelle, environ 300 à 400 soldats français forment déjà des forces irakiennes à Bagdad et des peshmergas kurdes dans le nord de l'Irak sans toutefois prendre part directement aux combats.

    Dossier:
    La lutte contre Daech (229)

    Lire aussi:

    La France envoie des instructeurs militaires en Irak
    L’Irak met en garde la France, les USA et l'Iran contre des attentats imminents
    De Gaulle : un combat pour la multipolarité du monde
    Tags:
    lutte antiterroriste, porte-avions, djihadisme, Charles de Gaulle (porte-avions), coalition anti-Daech, Etat islamique, François Hollande, France, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik