Ecoutez Radio Sputnik
    La police protège un soldat après la reddition des putschistes à Istanbul

    Les putschistes, une "tumeur" de l'armée turque

    © REUTERS / Murad Sezer
    International
    URL courte
    Tentative de coup d'Etat militaire en Turquie (201)
    0 28

    Dans un entretien à l'agence Sputnik, le coprésident de la commission parlementaire UE-Turquie et du Parti de la justice et du développement à Istanbul Ahmet Berat Conkar a évoqué les événements de la nuit du putsch.

    M. Conkar a appris le début du putsch à son domicile et sans perdre une minute il est parti pour le parlement. Par endroits, la route était fermée et il fallait faire de nombreux détours. Aux abords du parlement, une fusillade faisait rage. En plus, des hélicoptères sont apparus au-dessus de la place et se sont mis à tirer sur la foule. 

    Dans la salle de réunion du parlement  que  M.Conkar a heureusement atteint sain et sauf, il a retrouvé le président Ismail Kahraman à la tribune,  plusieurs ministres et une cinquantaine de députés. Une explosion a retenti, puis une autre, après quoi il a fallu descendre dans un abri. 

    "Depuis l'abri, nous avons suivi la situation dans le pays par la télévision, entretenant des contacts permanents avec l'extérieur,  bref,  faisant tout notre possible pour arrêter ce coup d'Etat terroriste sauvage, pour défendre la population",  raconte le parlementaire. 

    En ce qui concerne les scènes de lynchage de soldats publiées sur les réseaux sociaux, Ahmet Berat Conkar a dit que la réaction des gens à l'encontre des terroristes qui tiraient  sur les civils, fonçaient en chars sur eux était, au fond, compréhensible. Mais il a reconnu que la police et les Turcs dans leur majorité avaient fait tout leur possible pour éviter de tels incidents, très rares d'ailleurs. 

    De nombreuses arrestations parmi les militaires, les policiers et les magistrats font penser à une structure immense. Cependant  M.Conkar estime que ce n'est qu'une partie de la structure et que beaucoup de ses membres n'ont pas encore été dévoilés. 

    "Mais ils se révèlent à chaque nouvelle tentative. Pendant longtemps, leur présence dans les forces armées a été niée… Mais il s'est avéré que cette structure est beaucoup plus étendue que nous l'avions soupçonné. Ils se sont organisé au sein des forces armées comme un cancer, comme une tumeur", dit le parlementaire. 

    M.Conkar se félicite que les institutions turques s'en débarrassent graduellement. 

    "Quant à Fethullah Gulen, il fait ce qu'il fait. C'est un homme qui a prouvé son caractère hypocrite, qui tente de tromper et d'induire en erreur la population à chaque occasion qui se présente. Ce qu'il a fait cette fois prouve son immoralité, car il est clair que c'est lui qui est l'organisateur du putsch. L'Etat dispose de toutes les preuves nécessaires à cet égard… Le peuple turc ne fait plus confiance à cet imposteur", conclut le député. 


    Dossier:
    Tentative de coup d'Etat militaire en Turquie (201)

    Lire aussi:

    Coup d’État en Turquie: le cinquième d'une longue série
    En Turquie, les listes de suspects à arrêter étaient prêtes avant le putsch
    Plus de 290 personnes tuées lors de la tentative de putsch en Turquie
    Tags:
    Fethullah Gülen, cancer, armée, tentative de putsch en Turquie (2016), Ahmet Berat Conkar, Ismail Kahraman (İsmail Kahraman), Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik