International
URL courte
3213
S'abonner

Les Etats-Unis enquêtent sur les circonstances des frappes de la coalition dans la ville syrienne de Manbij et dans le village de Toukhan al-Koubra. Mais comment se passent ces enquêtes?

Les Etats-Unis promettent d'étudier minutieusement les circonstances des frappes de leur coalition dans la ville syrienne de Manbij, qui ont fait 56 morts parmi les civils le 19 juillet dernier. Washington se dit prêt à assumer la responsabilité pour cette frappe dans l'éventualité où le fait serait confirmé, a déclaré lundi soir la représentante permanente des Etats-Unis Samantha Power citée par Reuters.

"Les Etats-Unis examineront soigneusement et minutieusement toutes informations crédibles concernant cet incident, y compris de la part des organisations basées en Syrie", a-t-elle indiqué.

"S'il est établi que des civils ont été victimes de cette frappe, nous le reconnaîtrons et déciderons des mesures à prendre", a-t-elle souligné.

Selon Mme Power, l'enquête sur l'incident est aggravé par le fait que les "groupes syriens de la société civile ont un accès limité aux territoires contrôlés par le groupe terroriste Etat islamique".

Selon son homologue russe Vitali Tchourkine, la Russie craignait que l'enquête américaine "ne balaye la poussière sous le tapis" dans cette affaire, ainsi que dans celle de la frappe dans la localité de Toukhan al-Koubra dans le nord de la Syrie, effectuée par la France en représailles à l'attentat terroriste du 14 juillet à Nice. Ce bombardement a causé la mort de 164 civils, soit près de deux fois le nombre de victimes de la Promenade des Anglais.

M. Tchourkine a vivement critiqué l'intervention de Samantha Power.

"Cela signifie qu'il n'y a pas de drones américains en Syrie, qu'il n'y a pas de forces spéciales des alliés américains, de moyens de reconnaissances satellites, d'enregistrements vidéo comme en font tous les bombardiers modernes lorsqu'ils frappent leurs cibles. Je refuse de croire que l'état militaire de la coalition dirigée par les Etats-Unis soit aussi lamentable. Cette référence à la communauté civile me fait penser que nous ne saurons jamais la vérité", a-t-il souligné.

Mme Power a à son tour répliqué que la question de la sécurité des civils était très importante pour les Etats-Unis et a accusé la Russie de ne pas admettre sa responsabilité pour les victimes parmi les civils en Syrie.

Ce à quoi Vitali Tchourkine a répondu que l'enquête sur ces allégations s'était tenue immédiatement et que lors de points de presse les militaires avaient démenti toutes ces accusations se basant sur des preuves convaincantes.

Auparavant, le ministère syrien des Affaires étrangères a demandé de condamner cette frappe effectuée le 19 juillet dont les victimes sont entre autres des enfants, des femmes et des personnes âgées. Le secrétariat de l'Onu a déclaré qu'il n'était pas en mesure de vérifier qui était responsable de cette attaque.


Lire aussi:

Lavrov: les USA ne distinguent pas l'opposition et les terroristes en Syrie
La Russie explique la frappe sur une base de la coalition de Syrie
Un militaire russe tué en Syrie
Syrie: 38 militaires tués dans l'explosion d'un tunnel
Tags:
victimes, attentat, Conseil de sécurité de l'Onu, Samantha Power, États-Unis, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook