Ecoutez Radio Sputnik
    Situation à Alep

    Alep: des textos pour appeler les groupes armés à rejoindre la trêve

    © AFP 2019 RAMZI HAUDAR
    International
    URL courte
    Trêve en Syrie (2016) (220)
    2324

    Le commandement suprême des Forces armées syriennes a envoyé des sms sur les téléphones des civils et des éléments armés se trouvant dans les quartiers orientaux de la ville d'Alep. Le message est bien simple – rejoindre la trêve nationale et chasser les mercenaires étrangers.

    Les textos en question contiennent en outre des informations sur les couloirs de sécurité que les personnes désireuses de sortir des quartiers encerclés par l'armée peuvent emprunter. Le texte précise que tous les besoins vitaux des habitants des quartiers orientaux de la ville seront satisfaits.

    "J'en ai déjà reçu au moins trois. Ces messages ont été diffusés par le biais des réseaux locaux", avoue à Sputnik Saïd Mohammed, habitant de la ville. Ce dernier précise que des tracts au contenu similaire avaient été largués au-dessus d'Alep.

    Alep
    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    En s'adressant aux éléments armés, le commandement suprême les appelle à déposer les armes et à régulariser leur situation avant qu'il ne soit trop tard.

    Une trêve est en vigueur en Syrie depuis le 27 février dernier suite à une entente intervenue entre la Russie et les Etats-Unis. Toutefois, la trêve ne concerne pas les organisations reconnues comme terroristes par le Conseil de sécurité de l'Onu. Les frappes contre Daech, le Front al-Nosra et d'autres groupes terroristes se poursuivent.

    Dossier:
    Trêve en Syrie (2016) (220)

    Lire aussi:

    La Syrie entame l'évacuation des zones de combat à Alep
    L'armée syrienne détruit un centre de commandement d'Al-Nosra à Alep -Vidéo-
    Les djihadistes d'Alep encerclés par l'armée syrienne
    Alep assiégée par les troupes de Saddam Hussein ou par celles d'Assad?
    Tags:
    combattant, armée, trêve, armée gouvernementale syrienne, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik