International
URL courte
3382
S'abonner

Réunis mardi à Genève, les participants à la rencontre tripartite sur la Syrie - la Russie, les Etats-Unis et l'Onu - sont unanimes sur la nécessité de poursuivre les efforts pour faire avancer le processus politique et de relancer le dialogue inter-syrien, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov.

Or, la tenue du processus de négociations se heurte à plusieurs difficultés. Moscou estime que la question de la création d'une délégation unie qui défendrait les intérêts de toutes les couches de la société syrienne n'est toujours pas réglée, a expliqué le haut diplomate.

"Si nous parlons de la nécessité de lancer le processus de négociations inclusif, ceci implique que l'opposition représente les intérêts de tous les groupes", déclaré M. Gatilov, pointant que non seulement le soi-disant "groupe de Riyad" devait y être présent, mais aussi les plateformes dites "de Moscou" et "du Caire" et les représentants du groupe de Hmeimim. Soit, les personnes qui se trouvent en Syrie et représentent les intérêts de toutes les couches de la population", a expliqué M.Gatilov.

Et de souligner qu'aucun dialogue substantiel ne pouvait avoir lieu sans la participation des Kurdes.

En évoquant d'autres difficultés, M.Gatilov a en outre souligné que jusqu'à maintenant la différence entre le Front al-Nosra et l'opposition syrienne "modérée" n'avait pas été faite, ce qui compliquait la tâche. Or, la solution pourrait être prochainement trouvée: "Actuellement, les experts militaires russes et américains travaillent activement sur cette question".

Résumant l'issue de la rencontre, le vice-ministre a déclaré que le nouveau round des négociations de paix inter-syriennes était inconditionnel.

"Nous considérons qu'il ne devrait y avoir aucun préalable au début du prochain cycle de négociations inter-syriennes", a-t-il dit, ajoutant que ces conditions "n'étaient mentionnées dans aucun des documents discutés ces derniers temps par la Russie et les Etats-Unis".

Et d'ajouter que le processus de négociations devait être lancé dans les plus brefs délais. "Comme nous avons pu le comprendre, l'envoyé spécial de l'Onu Staffan de Mistura s'y intéresse également. Mais il n'a pas encore fixé de dates".

Or, ces délais dépendent du temps que pendra la conciliation des documents sur lesquels travaillent actuellement des experts russes et américains, a expliqué M.Gatilov.

Lire aussi:

Riyad participera au dialogue sur la Syrie malgré les tensions dans la région
Téhéran insiste sur la poursuite du dialogue politique en Syrie
Syrie: Moscou et Washington en plein dialogue de sourds
Washington prône un dialogue avec Moscou pour sécuriser les vols en Syrie
Tags:
négociations inter-syriennes, dialogue, opposition, Kurdes, Front al-Nosra, ONU, Staffan de Mistura, Guennadi Gatilov, Genève, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook