International
URL courte
4320
S'abonner

Jihadi Jack, le premier Britannique de souche accusé d'avoir rejoint le groupe terroriste Etat islamique (Daech), fait part de ses motivations et de sa vie actuelle.

A l'âge de 18 ans Jihadi Jack, dont le nom britannique est Jack Letts, s'est converti à l'islam, a quitté l'université d'Oxford où il faisait ses études et s'est rendu en Syrie où il aurait rejoint Daech.   

Jihadi Jack, âgé maintenant de 20 ans, explique dans une interview à la chaîne Channel 4 qu'il ne partage pas les idées de l'Etat islamique et ne se bat pas dans les rangs de ce groupe terroriste. 

"Je suis contre le soi-disant Etat islamique, mais cela ne signifie pas que je soutiens les sales ennemis de l'islam", souligne-t-il.

Il affirme s'être rendu en Syrie afin de "trouver la vérité" et ne regrette nullement sa décision. Selon lui, il n'a pas l'intention de revenir au Royaume-Uni. Les seules choses qui lui manquent en Syrie sont certaines spécialités auxquelles il était habitué à Oxford, y compris les beignets et les kebabs.

Il raconte également que récemment il a failli périr lors d'un raid d'aviation, mais il n'a pas précisé à quels pays appartenaient les avions qui avaient bombardé les positions où il se trouvait: Russie, Etats-Unis, Royaume-Unis ou Syrie.

Les parents de Jack Letts seront traduits en justice l'année prochaine pour lui avoir envoyé 1.723 livres sterlings en guise de soutien matériel.

Il n'empêche que Jihadi Jack déclare détester ses parents puisqu'ils sont "infidèles" et n'ont pas voulu se convertir à la "religion de la vérité". Il les a tout de même exhortés à le faire et à "suivre le prophète".


Lire aussi:

Un manque de communication à l'origine de la bavure française en Syrie?
Syrie: la France accusée d'avoir mené un raid aérien tuant 164 civils
Lavrov: les USA ne distinguent pas l'opposition et les terroristes en Syrie
La Russie explique la frappe sur une base de la coalition de Syrie
Tags:
beignets, kebab, Université d'Oxford, Etat islamique, Jihadi Jack, Royaume-Uni, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik