Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin

    Députés français: il est temps que l'Otan cesse son expansionnisme face à Moscou

    © Sputnik . Mikhail Fomichev
    International
    URL courte
    41562

    Le rattachement de la Crimée à la Russie a privé l'Occident de l'espoir de se doter d'une base navale dans la région et a porté un coup dur aux ambitions de l'Otan, estimaient les analystes étrangers au moment du referendum du 16 mars 2014. Deux ans plus tard, Sputnik interroge à ce sujet les députés français en déplacement en Crimée.

    Le retour de la Crimée sous le giron de la Russie a porté un coup aux ambitions de l'Otan en Europe de l'Est et a privé l'Occident de l'espoir de se doter d'une base navale dans la région. Cette analyse était partagée par des experts étrangers juste après le referendum.

    Sputnik a eu la possibilité de connaître l'opinion sur cette question de Jean-Luc Reitzer, maire de la ville d'Altkirch et député du Haut-Rhin, qui a récemment fait partie de la délégation des députés français en Crimée.

    Selon lui, l'Otan est nécessaire parce qu'elle correspondait et elle correspond toujours à une situation de tensions à travers différentes régions du monde. L'Otan devrait être beaucoup plus active, comme elle l'a été dans les Balkans, elle devrait être beaucoup plus active vis-à-vis du terrorisme, vis-à-vis du fanatisme islamique, estime M.Reitzer.

    "Mais vouloir étendre l'Otan de plus en plus vers l'Est était considéré comme une provocation vis-à-vis de la Russie. Je pense que ce qui s'est produit marquera un point d'arrêt par rapport à cette politique expansionniste que souhaitent certains va-t-en-guerre ou qui ont une obnubilation vis-à-vis de la Russie. Je pense que vouloir avancer trop de pions contre la Russie est considéré par la Russie comme une provocation. Je pense qu'il est important que certains élus et parlementaires puissent l'exprimer", a indiqué le parlementaire français.

    Autre personnalité politique, ayant fait le déplacement en Crimée et ayant la possibilité de prendre la mesure de la situation réelle sur la péninsule, Michel Terrot, le député du Rhône partage sa position dans un entretien accordé à Sputnik.

    "Je comprends très bien la position de la Russie qui ne voit pas d'un bon œil le fait que l'Otan se rapproche de ses frontières. Je pense que c'était une maladresse de la part de l'Otan d'avoir accrédité l'idée qu'elle pouvait considérer l'Ukraine comme pays membre susceptible de l'intéresser au premier chef. Il y a des réalités politiques qu'il faut savoir prendre en compte, l'Europe est allée trop loin dans son soutien aux Etats-Unis sur cette question", a fait valoir M.Terrot.

    Selon lui, on n'a aucun intérêt aujourd'hui d'avoir l'Otan qui a une vision expansionniste, d'autant plus que la "menace à l'Est" a disparue, l'Union soviétique n'existe plus.

    Une délégation de 11 parlementaires français est arrivée en Crimée vendredi dernier. Leur séjour sur la péninsule comprenait des visites dans les villes russes de Simferopol, Yalta et Sébastopol.

    Samedi matin, les députés ont déposé des fleurs dans le cimetière militaire français à Sébastopol. La délégation de parlementaires a également visité la cave vinicole Massandra pour déguster ses produits. Ils se sont également intéressés à la situation des Tatars de Crimée et ont applaudi "la pleine coopération entre les Tatars, les autorités et les institutions civiles", dont la construction de 150 nouvelles mosquées: leur nombre a ainsi augmenté de 50% en comparaison avec la période ukrainienne.

    Les députés ont déjà reçu l'invitation pour assister à la fête du Jour de la Victoire à Sébastopol en 2017.

    Lire aussi:

    Pour les députés français, c’est un honneur de fêter le Jour de la marine à Sébastopol
    Thierry Mariani refuse de répondre à une question "méprisable" d'un journaliste
    Les députés français visitent une cave en Crimée
    "Si la Crimée n’avait pas intégré la Russie, ce serait le front"
    Tags:
    parlementaires français, députés, référendum en Crimée (2014), OTAN, France, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik