Ecoutez Radio Sputnik
    La Maison blanche à Washington

    Les USA ont versé 400 M USD cash à l'Iran

    © Flickr/ Gage Skidmore
    International
    URL courte
    7244
    S'abonner

    En janvier 2016, l'administration Obama aurait versé 400 millions de dollars en liquide à Téhéran en échange de la libération de quatre Américains détenus en Iran.

    Selon le Wall Street Journal (WSJ), l'argent liquide chargé sur des palettes en bois a été transporté par un avion sans aucun insigne sur la coque. La liquidité aurait été fournie par des banques suisses et néerlandaises. Le remboursement a été fait en euros, francs suisses et autres monnaies, car toute opération en dollars était interdite entre Téhéran et Washington.

    Des médias iraniens avaient annoncé précédemment que le ministère iranien de la Défense avait interprété le paiement de cette somme d'argent comme une rançon. Cependant, le WSJ indique que les fonctionnaires américains excluaient tout lien avec la libération des détenus.

    Selon la version officielle, ces 400 millions de dollars étaient la première tranche d'un total de 1,7 milliard de dollars de dette et d'intérêts suite à la rupture d'un contrat de vente d'équipements militaires remontant à la période antérieure à la Révolution islamique de 1979. 

     En janvier, l'Iran a libéré quatre Américains, notamment le journaliste Jason Rezaian, le pasteur Saïd Abedini, un ancien marine Amir Hekmati et Nosratollah Khosravi. 

    En réponse, les Etats-Unis ont libéré sept Iraniens, dont six Irano-Américains. En outre, Washington a rappelé des mandats d'arrêt envoyé à Interpol et a levé les accusations contre 14 Iraniens dont les demandes d'extradition étaient considérées comme peu probables. 


    Lire aussi:

    Maintenant, c'est à notre tour: les tribunaux iraniens s'en prendront aux USA
    Iran: les USA nous volent en usurpant nos biens gelés
    L'Iran reçoit les 14 tableaux achetés aux USA il y a 40 ans
    Tags:
    détenus, libération, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik