Ecoutez Radio Sputnik
    Libye, partisans de Daech

    Les frappes US ne débarrasseront pas la Libye de l'EI

    © AP Photo / Mohammad Hannon, File
    International
    URL courte
    Libye après la mort de Mouammar Kadhafi (165)
    10224
    S'abonner

    Les frappes de l'US Air Force dans la ville libyenne de Syrte ne conduiront pas à des résultats positifs à long terme, l'Etat islamique (EI, Daech) se maintiendra dans le pays ainsi que la crise politique, estime l'expert de la Libye Jason Pack.

    Lundi, les Force aériennes américaines, à la demande du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), ont effectué les premières frappes sur les positions de Daech à Syrte, à 450 kilomètres à l'est de Tripoli.

    Selon le fondateur de l'observatoire Eye On ISIS en libye Jason Pack, la demande du nouveau gouvernement libyen ressemble à l'une des étapes du soulèvement contre l'ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en 2011. Lorsque les actions des rebelles avaient alors abouti à une impasse, la demande d'un appui aérien de l'Otan avait joué un rôle décisif dans la chute de Tripoli.

    Selon M.Pack, si la poursuite des frappes américaines sur Syrte permettra de faire une percée contre l'Etat islamique à moyen terme, les résultats à long terme ne seront pas positifs.

    "Même si Syrte est libérée, la présence de l'EI en Libye sera maintenue et la crise politique restera insurmontable. Le pays a besoin d'un processus politique à grande échelle, et pas seulement de frappes aériennes", a indiqué l'expert.

    Il a également souligné que l'opération manquait d'efficacité parce que les Etats-Unis ont commencé à frapper seuls, sans avoir formé de coalition.

    Selon la déclaration de Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), les Etats-Unis ont procédé le 1er août à des frappes aériennes contre les positions du groupe terroriste Daech dans son fief à Syrte. Les frappes ont commencé à la demande du GNA libyen.

    Les terroristes de Daech gardent le contrôle de plusieurs sites stratégiques dans la ville de Syrte, précisément l'université, l'hôpital principal et la salle de conférences Ouagadougou où ils peuvent stocker des munitions et du matériel en grand nombre, selon l'agence Reuters.

    Dossier:
    Libye après la mort de Mouammar Kadhafi (165)

    Lire aussi:

    L'Italie encline à prêter ses bases aux USA pour les opérations en Libye
    La France doit clarifier sa position en Libye pour éviter une situation ingérable
    Daech perd une usine d'explosifs en Libye
    La France face à ses contradictions en Libye
    Libye: le gouvernement dénonce la présence militaire française
    Tags:
    frappe aérienne, US Air Force, Etat islamique, Tripoli (Libye), Syrte, Libye, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik