International
URL courte
7103
S'abonner

L'Eglise protestante maohi a annoncé dimanche matin à l'occasion de la clôture du synode qu'elle allait porter plainte contre l'Etat français pour "crime contre l'humanité" en raison des essais nucléaires en Polynésie française.

La décision a été annoncée par la secrétaire générale de l'Eglise Céline Hoiore dans un discours prononcé devant les fidèles réunis dimanche matin à Papenoo, une commune de la Polynésie française. 

"Pour toutes les conséquences des essais nucléaires et pour son mépris face à toutes les maladies endurées par les Polynésiens, l'Eglise protestante maohi a décidé de porter plainte contre l'Etat français au tribunal de La Haye", a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que cette plainte devait être également déposée à l'Onu. 

La décision de l'Eglise a été saluée par le principal opposant aux essais nucléaire et le chef de file du camp indépendantiste de l'archipel Oscar Temaru. Il a qualifié les essais nucléaires français de crime contre l'humanité, expliquant que les essais avaient été imposés à la Polynésie française, qu'il y avait eu des morts et que les générations futures allaient souffrir de leurs conséquences. 

L'annonce de la décision de l'Eglise protestante maohi a provoqué une réaction immédiate du Haut-Commissaire de la République en Polynésie française René Bidal. Celui-ci a déclaré que la plainte était dénuée de fondements et que les tirs d'essais nucléaires ne répondaient pas à la définition de "crimes contre l'humanité". 

Lors de son déplacement à Papeete de février dernier le président français François Hollande a reconnu que les essais nucléaires menés en Polynésie française pendant trente ans ont eu un "impact environnemental" et "provoqué des conséquences sanitaires". Il a cependant appelé à  "tourner la page du nucléaire. 

 

Lire aussi:

Israël compterait ratifier le Traité d'interdiction des essais nucléaires
Ban Ki-moon appelle à bannir l'arme nucléaire
Moscou: la modernisation de l'arsenal nucléaire US facilitera l'emploi de bombes A
«Je vais te venger»: la promesse de la femme du chauffeur tabassé jusqu’à la mort cérébrale à Bayonne
Tags:
action en justice, tests nucléaires, Église protestante maohi, René Bidal, François Hollande, Céline Hoiore, France, Polynésie française
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook