International
URL courte
3363
S'abonner

Le lieutenant-colonel tchèque Marek Obrtel, ex-médecin de guerre de l'Otan en Afghanistan qui a rendu sa décoration à l'Alliance en guise de protestation contre sa politique à l'encontre de la Russie, est en train de créer "une milice nationale" dans son pays.

Contacté par Sputnik, l'ancien militaire a affirmé que l'Etat tchèque était "incapable d'assurer la sécurité de ses citoyens sur son propre territoire" face aux défis contemporains tels que la crise migratoire ou la montée de l'extrémisme.

"Notre structure cherche à devenir une sorte d'armée de milice, comme l'Armée suisse, pour se charger de la sécurité du pays. Nous pourrons apporter une assistance dans la lutte contre les catastrophes naturelles ou protéger le pays contre la vague migratoire si elle monte de nouveau", a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Selon lui, l'armée tchèque est aujourd'hui moins préoccupée par la défense du pays, mais "toujours prête à faire son service dans des parties éloignées du monde ou quelque part en Europe, notamment à la frontière avec la Russie".

"En ce qui concerne la sécurité intérieure, elle est toujours en retard", indique M.Obrtel.

Il constate que les autorités tchèques regardent son organisation, qui compte aujourd'hui 90 branches dans diverses localités du pays, "d'un œil soupçonneux".

"Cependant, nous sommes régulièrement confrontés à l'incapacité des institutions officielles lorsqu'il faut combattre la restriction des droits souverains de la République tchèque au sein de l'Union européenne, résoudre le problème d'immigration ou lutter contre les violations des normes démocratiques à l'intérieur du pays", souligne le colonel.

Lire aussi:

Le président tchèque propose d'expulser les imams radicaux de l'UE
Un ancien combattant tchèque reçoit une médaille pour avoir protesté
Sanctions: le président tchèque appelle à l'amitié
Face à l’afflux de migrants, la population tchèque s’arme
Tags:
extrémisme, crise migratoire, sécurité, milice, Marek Obrtel, République tchèque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook