International
URL courte
46473
S'abonner

Suite à la détérioration des relations entre Washington et Ankara, les Etats-Unis auraient commencé à déplacer leurs armes nucléaires installées en Turquie vers la Roumanie.

Le journaliste d'EurActiv Georgi Gotev, à l'origine de cette information, affirme que ses sources sont dignes de confiance et promet de continuer à faire la lumière sur cette affaire. 

"Je suis convaincu que mes sources sont dignes de confiance. C'est la raison pour laquelle j'ai écrit cet article. Je comprends naturellement que les autorités roumaines nient cette information. Je savais qu'elles le nieraient car je les avais contactées avant la publication. Les thèmes en question sont assez secrets, mais j'ai pensé que mes sources étaient en effet assez dignes de confiance pour me permettre de faire paraître l'article dans un média comme EurAcriv", a déclaré M.Gotev dans un entretien à Romania Libera.

nucléaire
© Flickr / Mad House Photography
Une des sources de l'auteur a notamment indiqué que les armes nucléaires en question avaient été transférées à la base aérienne de Deveselu en Roumanie parce que "Washington ne faisait plus confiance à Ankara pour la garde de ces armes".

Le ministère roumain des Affaires étrangères a formellement nié l'information d'après laquelle son pays hébergeait des armes nucléaires américaines. EurActiv a noté à cet effet que les informations relatives à la présence d'armes nucléaires sur le sol européen étaient généralement réfutées.

Le Pentagone garde le silence, comme si de rien n'était. 


Lire aussi:

Les armes nucléaires US en Turquie risquent de tomber dans les mains des terroristes
Les armes nucléaires US sont-elles encore en sécurité en Turquie?
Quand les USA voulaient déployer secrètement des armes nucléaires en Islande
Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
Tags:
transfert, armes nucléaires, base aérienne, Pentagone, Deveselu, États-Unis, Roumanie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook