Ecoutez Radio Sputnik
    Surveillance

    En 2012, l'Elysée a été espionné par les Etats-Unis

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    181653171

    L'ancien directeur technique de la DGSE (service secret extérieur français), Bernard Barbier, a fait cette révélation qui mérite d'être soulignée: les Etats-Unis ont bel et bien piraté l'Elysée en 2012.

    Dans une conférence donnée en juin et passée inaperçue jusqu'ici aux élèves de l'école d'ingénieurs Centrale-Supélec, dont le Monde a diffusé un enregistrement le 3 septembre, l'ancien responsable a reconnu la responsabilité des Etats-Unis derrière un piratage contre l'Elysée en 2012.

    En mai 2012,  les ordinateurs de collaborateurs du chef de l'Etat en exercice Nicolas Sarkozy ont été piratés. Suspectée, la responsabilité américaine dans cette affaire n'avait jamais été confirmée.

    "On a vu qu'il y avait un +malware+ (logiciel malveillant) qui avait une signature identique à celle que nous avions identifiée lors d'une attaque contre la Communauté européenne en 2010", a-t-il indiqué. En 2012, nous avions davantage de moyens et de puissance technique pour travailler sur les métadonnées. J'en suis venu à la conclusion que cela ne pouvait être que les Etats-Unis".

    D'autre part, M.Barbier a reconnu que les services français ont commencé à faire du piratage informatique dès 1992 et qu'ils sont responsables d'une opération lancée en 2009, comme le soupçonnait le Canada dans une note dévoilée en 2013 par le lanceur d'alerte américain Edward Snowden.

    "Les Canadiens ont fait du +reverse+ (remonter la trace informatique) sur un malware qu'ils avaient détecté. Ils ont retrouvé le programmeur qui avait surnommé son malware +Babar+ et avait signé +Titi+. Ils en ont conclu qu'il était français. Et effectivement, c'était un Français", raconte-t-il.

    Lire aussi:

    Le FBI ne peut pas prouver le piratage du compte d'Hillary Clinton
    Un avion piraté par des hackers ? Ce n'est plus de la fiction !
    Pyongyang aurait piraté les téléphones de responsables sud-coréens
    Tags:
    piratage, Elysée, Canada, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik