Ecoutez Radio Sputnik
    Situation à Alep.

    Syrie: les forces gouvernementales libèrent toutes les écoles militaires du sud d'Alep

    © Sputnik. Iliya Pitalev
    International
    URL courte
    Situation à Alep (2016) (180)
    112119531173

    L'armée syrienne et les milices progouvernementales ont détruit les derniers remparts des terroristes sur l'enceinte de l'école d'artillerie située dans le sud-ouest d'Alep.

    "Si les combattants extrémistes restent encore sur le territoire de l'école, ils n'occupent qu'une paire d'immeubles. D'autres ont essayé d'effectuer une percée en direction du quartier de Ramous il y a une heure de ça", a déclaré Wassim Djaouhar, commandant de l'unité de l'armée syrienne, cité par l'agence RIA Novosti.

    Le matin, on avait appris que les troupes gouvernementales et les unités d'élite Tigre, appuyées par les milices, avaient réussi à arracher aux journalistes les écoles de l'Armée de l'air et de logistique militaire. Les terroristes occupant les locaux de l'école d'artillerie ont ainsi été cernés.

    Les tirs ne retentissent plus aux alentours des écoles militaires, site stratégiques d'Alep. Les soldats poursuivent le ratissage des immeubles.

    Cette série de succès militaires a permis aux forces gouvernementales de resserrer l'étau autour des djihadistes occupant les banlieues orientales de la ville d'Alep. L'armée régulière pourrait désormais lancer l'assaut contre les positions des terroristes à Ramous, quartier du sud-ouest d'Alep.

    La chute de Ramous signifiera le déblocage de l'entrée sud de la ville. A ce jour, seule la voie du nord est ouverte.

    Dossier:
    Situation à Alep (2016) (180)

    Lire aussi:

    Des combats acharnés entre l'armée syrienne et les terroristes à Alep (Vidéo)
    "Tout le monde est vivant?", question quotidienne à Alep…
    "La Turquie remplace Daech par d'autres terroristes à Alep"
    Tags:
    assaut, offensive, milice, terrorisme, armée gouvernementale syrienne, Alep, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik