Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou

    Cette manie US d'accuser les Russes: "signe d'impuissance", selon Moscou

    CC BY 2.0 / esoloviev / Kremlin: Embankment
    International
    URL courte
    983423612

    La porte-parole officielle du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a soumis aux critiques les idées avancées par certains politiciens américains concernant les soi-disant "interférences" des Russes dans l'élection présidentielle américaine.

    La porte-parole du ministère a interprété ces déclarations comme un "signe d'impuissance" et d'"impasse dans la recherche de nouvelles idées".

    "Pour attirer l'attention des gens, il faut avancer de nouvelles idées sur le développement de son propre pays, et ne pas prendre ces cartes froissées et bien pipées sur lesquelles est écrit +hackers russes+", a déclaré Mme Zakharova.

    Le thème de l'influence de Moscou sur le choix des Américains a été soulevé pour la première fois par la candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton. Suite à la publication de milliers de courriels confidentiels échangés dans le camp démocrate, Hillary Clinton y a vu la main de Vladimir Poutine, qui aurait intérêt à voir Donald Trump élu en novembre prochain. Elle a également émis l'hypothèse que son adversaire Donald Trump encourageait Moscou à l'espionner.

    Un conseiller clé du milliardaire, le général-lieutenant à la retraite Michael Flynn, a également accusé la Russie et la Chine de soutenir "la cyber-criminalité". Cependant, il a avoué qu'il ne savait pas exactement si Moscou essayait de participer à la course présidentielle américaine via le piratage des serveurs.

    Lire aussi:

    Nouvelles cyberattaques aux USA: Washington pointe du doigt la Russie
    Ces candidats US qui ne font que des coups d’éclat...
    Pourquoi Poutine devient le thème phare de la présidentielle US
    Tags:
    hackers, cyberattaque, Présidentielle américaine 2016, Hillary Clinton, Maria Zakharova, Moscou, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik