Ecoutez Radio Sputnik
    Un couple autrichien fait de cet hôte syrien un membre de sa famille

    Un couple autrichien fait de cet hôte syrien un membre de sa famille

    © Photo. Capture d'écran: Youtube
    International
    URL courte
    610151615

    Après avoir presque tout perdu, Nawras, un ancien joueur de basket-ball syrien, retrouve goût à la vie au sein d'une famille autrichienne qui le traite comme un de ses membres et n'a pas peur de l'opinion publique.

    Nawras, un ancien joueur de basket de l'équipe nationale syrienne avant de devenir réfugié, s'est trouvé une nouvelle maison à Bad Schallerbach, en Autriche, rapporte The Local. Lorsqu'ils vont dans un magasin de cette petite ville, Martina Schamberger présente Nawras Ahmadook comme son fils. Ils ont les mêmes querelles que tout parent avec son enfant. Nawras est un adepte de la malbouffe et Martina essaye de le retenir.

    Nawras et Martina
    © Photo. Capture d'écran: Youtube
    Nawras et Martina

    "C'est peut-être le seul moment où Martina peut élever la voix contre moi," explique Nawras, 26 ans. Malgré leurs divergences en matière de nourriture, leur lien est très fort.

    "J'ai l'impression qu'il est mon fils," dit Martina avec fierté. "Il m'accepte, mais un peu autrement que sa mère. Il est très ouvert avec moi, comme avec un ami. Nous sommes ensemble depuis sept mois, et jamais nous n'avons pas eu de grande querelle."

    Nawras jouait pour l'équipe nationale syrienne de basketball mais a abandonné son pays en 2014 pour éviter le service militaire. Il est allé au Liban, où il a travaillé pendant presque deux ans 14 heures par jour, et il réussissait à peine à joindre les deux bouts. Il partageait un appartement dans un quartier défavorisé avec cinq autres syriens.

    Nawras, réfugié syrien
    © Photo. Capture d'écran: Youtube
    Nawras, réfugié syrien

    "Cette même main qui m'a permis de jouer au basket dans des tournois autour du monde a ensuite tenu la serpillière".

    "Après avoir perdu tout ce que j'avais — ma famille, mes amis, mon pays, ma maison —, je n'avais vraiment plus rien à perdre. Je n'avais pas peur de prendre ce bateau et de traverser la mer. Quitter la Syrie n'était pas un choix."

    Maintenant, il prend des cours d'allemand et pense à faire carrière en Autriche. "J'ai juste envie de vivre en sécurité et j'espère que je pourrai me bâtir un avenir en Autriche. C'est beau ici et il n'y a rien de mieux qu'une maison."

    Martina est certaine qu'il réussira en Autriche: "Il fera toujours partie de notre famille, où qu'il aille après."

    Les Schamberger disent que leur expérience a encouragé un autre ami à accueillir un réfugié.

    "Les gens nous regardent de plus près. Chaque personne qui rencontre Nawras l'aime. Peut-être sommes-nous un bon exemple".

    Lire aussi:

    "Mince, encore un?" ou la vie quotidienne d’un réfugié dans un camp suisse
    Le Petit Prince est un premier réfugié de notre Terre ?
    Quand un footballeur revient sur le terrain inspiré par un réfugié syrien
    Tags:
    accueil, réfugiés syriens, famille, réfugiés, Autriche, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik