International
URL courte
Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)
41857
S'abonner

Une étude révèle que les réfugiés chômeurs ayant reçu un permis de séjour en Allemagne passent souvent leurs vacances dans les pays qu'ils ont fuis, selon eux, à cause de persécutions.

Comme l'annonce le journal Die Welt analysant la situation migratoire, les réfugiés chômeurs ayant reçu un permis de séjour en Allemagne, majoritairement en provenance de la Syrie, du Liban et de l'Afghanistan, passent souvent leurs vacances dans les pays qu'ils ont quittés. Après leurs vacances, ils reviennent en Allemagne.

Selon la porte-parole de l'Agence fédérale allemande pour l'emploi (BA), le phénomène est bien réel. Comme la responsable ne possède pas de statistiques précises à ce sujet, elle n'a pas d'informations exactes. Dans le même temps, la BA et l'Agence fédérale pour la migration et les réfugiés (BAMF) s'apprêtent à étudier ce problème.

La législation allemande accorde à un chômeur le droit de quitter le territoire du pays pour un délai de 21 jours chaque année, sans perdre son allocation. De manière générale, cette personne doit annoncer ce changement provisoire de lieu de séjour, ainsi que son délai, mais n'est pas obligé de préciser la destination. Cependant, en juin dernier, la BAMF a demandé d'informer les autorités migratoires au sujet des voyages de réfugiés dans leurs pays d'origine.

La crise migratoire a fortement touché les pays européens. L'Allemagne, qui a accueilli un nombre très important de migrants, est au centre de ce problème. Les scandales liés au séjour des réfugiés continuent de bouleverser le pays.

Dossier:
Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)

Lire aussi:

L'UE est à bout de ressources à l'égard des réfugiés
Les prisons allemandes surpeuplées à cause des réfugiés
Merkel: les réfugiés illégaux doivent partir
Des réfugiés arrivent, la Grèce sur le point d'éclater?
Tags:
crise migratoire, migrants, vacances, réfugiés, Afghanistan, Liban, Syrie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook