International
URL courte
5211
S'abonner

Pour 100 euros, chacun peut faire une demande en ligne et obtenir à distance le statut de résident estonien sans avoir jamais visité le pays. L'objectif de cette mesure consiste à simplifier la coopération du business local avec les milieux d'affaires étrangers.

Avec 1 300 000 habitants, dont seulement 650 000 en âge de travailler, l'Estonie aspire à intensifier le flux monétaire de son système bancaire et à créer de nouvelles sociétés, en invitant les hommes d'affaires étrangers à obtenir le statut de résident en ligne de ce pays-membre de l'Union européenne, explique Taavi Kotka, chef du projet gouvernemental de e-résidence.

« Attirer les migrants n'est pas une solution pour nous, car les gens optent pour la Suède ou le Norvège. Matériellement, nous ne disposons pas de possibilités d'améliorer la qualité économique de notre population. Dès lors, pourquoi ne pas le faire en ligne ? », se réjouit-il.

Selon lui, l'indicateur clé de performance du programme de e-résidence constitue la croissance du taux d'activité commerciale, qui s'élève à 2 % actuellement avec 1 000 nouvelles sociétés ajoutées aux 60 000 déjà existantes. L'objectif de faire passer de 12 000 à 10 millions le nombre de citoyens dans l'e-commerce national représente pourtant un facteur de second plan.

Une demande en ligne, le scan du passeport, une photo et quelques lignes qui décrivent comment le statut de e-résident pourra booster le projet, le tout examiné par la police locale, voilà le strict nécessaire du programme, à part le fun du processus, se félicite Kaspar Korjus, directeur administratif du programme. Dans un délai de trois mois, le demandeur est invité à l'ambassade d'Estonie ou à Tallinn pour un entretien et la réception de la carte d'identité de résident en ligne.

Le monitorage de fonctionnement du business des e-résidents sera notamment effectué en ligne par le gouvernement estonien.

En outre, un showroom officiel du projet de e-résidence a été également ouvert dans la capitale estonienne, Tallinn.

Au niveau mondial, plusieurs sociétés et hommes d'affaires ont opté pour le développement du système de e-résidence suite à la crise des Panama Papers imposant la transparence des zones offshore et au Brexit engageant néanmoins de commercer en euros.

La e-résidence favorise surtout les sociétés étrangères de e-commerce, dont la plupart des transactions sont effectuées en Estonie, ainsi que pour les sociétés originaires de pays avec un fort contrôle gouvernemental.

Cependant, un commerçant en ligne en Estonie reste toujours assujetti aux impôts qu'il doit payer dans son pays de résidence soi-disant matérielle, car ce n'est pas l'infrastructure estonienne qu'il utilise.

Un exemple de savoir-faire à suivre de la part du gouvernement estonien sur fond de crise des flux monétaires en Europe.

Lire aussi:

Evasion fiscale: mise en ligne d'une partie des Panama Papers
Les USA, meilleur endroit pour cacher des revenus illégitimes
Le seul homme politique noir estonien craint pour son avenir après le Brexit
Crise du Covid: «leur stratégie de déni ne fait que renforcer la défiance des Français à l’égard des politiques»
Tags:
flux monétaire, résidence, système bancaire, société offshore, commerce, Panama Papers, Brexit, Union européenne (UE), Kaspar Korjus, Taavi Kotka, Estonie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook