Ecoutez Radio Sputnik
    Vitali Tchourkine, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu

    Moscou accuse Washington d'être à l'origine de la crise en Syrie

    © AP Photo/ Julie Jacobson
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)
    2243085

    La Russie a accusé les États-Unis d'être à l'origine de la crise en Syrie lors d'une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l'Onu consacrée à la situation en Syrie.

    Moscou a accusé dimanche Washington d'être à l'origine de la crise en Syrie lors d'une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l'Onu consacrée à la situation dans ce pays.

    « En 2011, Washington et d'autres pays occidentaux ont décidé de poursuivre le remodelage de l'espace géopolitique du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord entamé par l'intervention criminelle des États-Unis et du Royaume-Uni en Irak en 2003 », a indiqué Vitali Tchourkine, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu.

    Le diplomate russe a en outre rappelé que les États-Unis n'avaient rien fait pour distinguer les terroristes des membres de l'opposition modérée en Syrie et que les pays occidentaux continuaient à livrer des armes lourdes aux terroristes retranchés dans la partie est d'Alep.

    « Plus de 20 groupes armés comprenant au total 3.500 combattants contrôlent la partie est d'Alep. Ils sont équipés de chars, de blindés, d'armes d'artillerie, de lance-roquettes multiples — des dizaines d'armes y compris lourdes. Il est clair qu'ils n'ont pas fabriqué ces armes. Ils les reçoivent de leurs patrons occidentaux avec la complicité des États-Unis, qui dirigent la coalition », a précisé M. Tchourkine.

    Selon lui, Washington n'a rien fait, même pour désigner les groupes terroristes.

    « Ces errements font croire que l'objectif principal consiste à maintenir le potentiel militaire des ennemis du gouvernement syrien quelle que soit leur identité », a ajouté le diplomate.

    Le Conseil de sécurité s'est réuni d'urgence à New York sur l'initiative des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France suite au début d'une offensive de l'armée gouvernementale syrienne à Alep. Les militaires syriens cherchent à déloger le Front al-Nosra et les unités de « l'opposition armée » de la ville.

    Dossier:
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)

    Lire aussi:

    Londres accuse Moscou sur la Syrie: l’hôpital qui se moque de la charité
    Lavrov aux USA: distinguez l’opposition des terroristes en Syrie!
    Ce que l’on sait désormais de l’accord russo-américain sur la Syrie
    Culot as usual: les USA frappent la Syrie et attendent plus d’initiatives de la Russie
    Tags:
    crise syrienne, livraisons d'armes, attentat, Conseil de sécurité de l'Onu, Vitali Tchourkine, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik