International
URL courte
1084151
S'abonner

Le ministre italien des Affaires étrangères estime que le soutien par Moscou de Bachar el-Assad pourrait aboutir à une rupture diplomatique.

La Russie risque de se retrouver de nouveau dans l’isolement si elle continue de soutenir Bachar el-Assad, a déclaré en direct sur Radio Anch’io le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni, dans un commentaire de la situation en Syrie, notamment du siège d’Alep par l’armée gouvernementale.

« Je ne comprends pas très bien le sens de soutenir à tout prix un dictateur ayant perdu la confiance. Combien peut-il y avoir de rebelles parmi les plusieurs milliers d’habitants de la partie assiégée d’Alep pour lancer contre eux des forces aussi massives ? La présidence de la Russie, de concert avec les États-Unis, à la table des négociations sur le règlement syrien est devenue un grand succès diplomatique. Mais si la Russie continue de soutenir les actions d’el-Assad, elle se retrouvera de nouveau dans l’isolement », a affirmé le ministre.

Selon lui, la Russie n’a pas honoré ses engagements pris après la conclusion de l’accord avec les États-Unis sur la trêve en Syrie.

« La situation risque de tourner en rupture diplomatique », estime-t-il, espérant cependant que le « bon sens prendra le dessus ».

« J’espère cependant dans la reprise des négociations dans lesquelles la Russie continuera de jouer un rôle important », a conclu M.Gentiloni.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».


Lire aussi:

Le Japon perce l'isolement international de la Russie
Gorbatchev: l'isolement de la Russie est impossible
Neuf quartiers d’Alep sous le feu nourri des terroristes
La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Tags:
soutien, isolement, Paolo Gentiloni, Alep, Italie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook