International
URL courte
7726
S'abonner

On dit qu’à la guerre tout est permis… Un monteur vidéo britannique dévoile les détails d’une campagne pseudo-journaliste américano-britannique visant à ternir l'image du groupe terroriste Al-Qaïda.

Le Bureau of Investigative Journalism, une organisation non-gouvernementale britannique consacrée à la production d'articles d'investigation, a dévoilé une campagne de propagande secrète menée par l’agence britannique de relations publique Bell Pottinger au nom du groupe terroriste Al-Qaïda.

L’ex-monteur vidéo Martin Wells engagé par l’agence a révélé qu’il était chargé de produire des vidéos soi-disant créées par Al-Qaïda. Outre des clips publicitaires anti-Al-Qaïda, il affirme que des reportages vidéos ont été produits et montés de manière à faire croire qu’il s’agissait « de productions de télévisions arabes ».

Embauché à l’issue d’un entretien dans un bâtiment de la marine à Londres, Martin Wells s’est rendu à Bagdad où il a découvert qu’il travaillait dans une installation secrète de haute sécurité.

L’ex-monteur a indiqué qu’il s’agissait d’un projet très important avec un budget annuel atteignant 120 millions de dollars.

Les matériaux produits ont été distribué en Iran, en Syrie et même aux Etats-Unis ! Le travail de Bell Pottinger était contrôlé par le commandement des Forces armées américaines et même parfois, en cas de nécessité, par la Maison Blanche.

C’est principalement la Marine britannique qui distribuait les disques produits par les « journalistes » lors de leurs missions, à savoir lors du ratissage de localités, d’attaques et de patrouilles. En diffusant ces matériaux, le Pentagone a tenté d’établir dans quelle partie du monde ils s’avéraient les plus populaires.

Depuis 2011, date à laquelle les Etats-Unis ont retiré leurs troupes d’Irak, Bell Pottinger a changé de dirigeants et le département de l’agence s’occupant de cette pseudo-propagande a été supprimé. A l’heure actuelle, il est très difficile d’évoluer les conséquences d’un tel travail et de déterminer si une activité similaire est toujours menée actuellement.

Lire aussi:

Ambassade russe attaquée en Syrie: les USA bloquent la condamnation de l’Onu
Les USA s’expliquent sur leur choix de suspendre la coopération sur la Syrie
Les USA peuvent imposer des sanctions contre Moscou sur la Syrie
Tags:
fausses vidéos, journalisme, Bureau of Investigative Journalism, Royal Navy (Royaume-Uni), présidence américaine, Al-Qaïda, Bagdad, Iran, Syrie, Irak, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook