International
URL courte
Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)
11721
S'abonner

Enfin vers des frontières sécurisées en Europe ? Sputnik creuse plus profond pour comprendre les avantages et les faiblesses de l'Agence européenne de gardes-frontières créée à la base de Frontex et censée résoudre les problèmes migratoires.

« Nous devons savoir qui franchit nos frontières », a déclaré un jour Jean-Claude Juncker. Et voici que neuf mois après avoir parlé pour la première fois du projet d'Agence européenne de gardes-frontières, elle voit le jour.

En effet, ce nouveau corps de gardes-frontières et de garde-côtes est inaugurée à Kapitan Andreevo, à la frontière bulgaro-turque. Une vive illustration que l'UE peut se mettre d'accord à 27, s'il le faut en un temps record. Une question de priorités peut-être?

La nouvelle agence va remplacer Frontex, qui gère les frontières extérieures de l'UE, avec une liste de « mieux ». Tout d'abord, ses promoteurs mettent en avant plus de 1 000 agents permanents, ce qui est le double des effectifs de Frontex, un sous-dimensionnement qui expliquait la faible efficacité de cette dernière. Et surtout l'agence sera plus indépendante et elle pourra disposer de son propre matériel. Krzysztof Borowski représentant de l'Agence européenne de gardes-frontières, donne à Sputnik plus de détails sur les avantages de ce nouveau projet européen:

« Ce n'est pas une agence entièrement nouvelle, c'est une agence qu'on est en train de créer sur la base de Frontex. Qu'est-ce que cela veut dire? Que nous conserverons les mêmes fonctions que Frontex, c'est-à-dire soutenir les États membres pendant des crises migratoires aux frontières et dans la lutte contre les crimes transfrontaliers en fournissant des effectifs et des équipements ».

« Ce qui est nouveau, c'est qu'on va être une agence beaucoup plus active notamment en effectuant ce qu'on appelle des simulations de crise qui permettront de comprendre quelles frontière de l'UE sont particulièrement vulnérables face à la pression migratoire et comment nous pouvons anticiper ces problèmes », affirme M. Borowski.

Le projet conçu il y a neuf mois par la Commission européenne voit le jour aujourd'hui avec à sa tête M. Fabrice Leggeri, le même Français qui pilotait Frontex à l'époque. Il y a un nombre indéniable de points positifs de ce moment qualifié d'« historique » par le dirigeant européen et par M. Leggeri lui-même, mais quels en seraient les points faibles?

Pierre Henry, directeur général de l'association France terre d'asile, reconnait la réactivité de l'UE dans la mise en place d'un projet si important en si peu de temps et avec plus de moyens, mais il ne pense pas que cela pourrait être une solution définitive.

« Pourtant, j'attire l'attention sur le fait suivant: nous n'allons pas régler la crise migratoire par la seule présence de douaniers. C'est un peu plus compliqué que cela », estime-t-il.

« Il faut d'abord ramener la paix dans les pays où il y a des guerres que sévissent maintenant depuis près de cinq ans — je pense évidemment à la Syrie, mais je pense aussi à la Lybie. Et puis l'accord de gardes-frontières ne peut être que le premier échelon d'un système de sécurité et de protection, mais de protection également des réfugiés, de ceux qui peuvent prétendre à l'asile. Sinon cela n'a aucun sens. Ici il y a un point qui m'inquiète, c'est qu'aujourd'hui c'est un peu l'angle mort de cette décision de l'Union européenne ».

C'est le premier jour officiel de l'Agence européenne de gardes-frontières et de garde-côtes. Une création spectaculaire en neuf mois seulement, il ne reste plus qu'à attendre des résultats avec la même réactivité.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Dossier:
Crise migratoire (automne-hiver 2016/17) (79)

Lire aussi:

Radio Sputnik : Les infos du 6 octobre!
Il apprend aux réfugiés l’art de la «coexistence pacifique»
Des réfugiés syriens bientôt relogés chez eux?
Volontaires et réfugiés à Calais: et si c'était de l'amour?
Rendez-leur leur enfance: pourquoi l’éducation est cruciale pour les enfants réfugiés
Tags:
crise migratoire, migrants, frontière, réfugiés, Frontex (agence européenne pour la surveillance des frontières), Union européenne (UE), Europe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook