Ecoutez Radio Sputnik
    Surveillance

    Vers une surveillance légale et massive des ordinateurs US par le FBI?

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    Espionnage du Web par les services spéciaux américains (274)
    2112
    S'abonner

    Suite à l’arrestation de jeunes hackers accusés d’avoir mené des cyberattaques contre le directeur de la CIA, le FBI milite pour avoir un accès officiel à tous les ordinateurs des citoyens américains.

    Les autorités américaines ont piraté au moins un des ordinateurs du groupe des hackers Crackas with Attitude (dit Cracka) alors qu'elles n'était pas en mesure de décrypter l'encodage utilisé, a déclaré le jeune pirate Justin Gray Liverman, âgé de 24 ans, accusé d'avoir effectué une cyberattaque contre le directeur de la CIA John Brennan et d'autres officiels américains, dans une interview accordée à Sputnik.

    « Moi et Cracka, nous avons utilisé le chiffre OTR que l'Agence nationale de sécurité (la National Security Agency, NSA) est incapable de pirater, selon Edward Snowden. Par contre, une fois que la NSA vous interpelle et s'empare de votre ordinateur, elle peut utiliser votre mot de passe pour décrypter le traffic chiffré à l'OTR en conformité avec le mandat d'arrêt », a expliqué M. Liverman, qui est actuellement remis en liberté, mais transféré en Virginie avant de comparaître devant le parquet de la ville d'Alexandrie en novembre avec son complice du groupe Cracka Andrew Otto Boggs.

    Selon lui, il n'a jamais accédé lui-même aux bases de données fédérales directement. En outre, tous les membres du groupe ne se connaissaient pas en personne, même si M. Liverman a habité dans le même quartier que M. Boggs.

    Justin Liverman s'en prend également à Lorenzo Franceschi-Bicchierai, journaliste du site d'information Motherboard, qui aurait violé les accords avec Cracka sur la fuite et la livraison de données exclusives en faveur d'un journal.

    « Franceschi-Biccierai nous a demandé de ne pas être cité dans son article. Et ensuite, il a présenté notre information comme étant la sienne, en soulignant en plus que c'est Cracka qui lui a demandé de ne pas paraître dans le texte », a déploré le hacker.

    Pour M. Liverman, arrêté, le Bureau fédéral d'investigation américain (le FBI) n'utilise pas de tactiques illégales dans sa lutte contre le piratage. Même s'il admet qu'aujourd'hui le FBI a recours à des actions très controversées, comme le droit de violer une quantité innombrable d'ordinateurs personnels des Américains en conformité avec la règle 41, dont les amendements appropriés à laquelle n'entreront en vigueur qu'au cas de ratification par le Congrès le 1er décembre 2016. Cela signifie que le FBI pourra à partir de cette date, voire avant, pirater n'importe quel ordinateur à l'aide de la Technique d'investigation réseau (Network Investigative Technique, ou la NIT).

    Selon lui, pirater l'ordinateur du chef de la CIA n'a pas été difficile, lui donnant la note de 1 sur 10 sur l'échelle de la difficulté, 10 étant l'indice le plus élevé.

    Pour sa part, le FBI s'est abstenu de tout commentaire pendant l'enquête.

    Selon le Département de la Justice des États-Unis, le groupe Cracka a été créé en juillet 2015 et son activité s'est étalée sur une période allant d'octobre 2015 à février 2016, en accédant aux comptes personnels des officiels américains et de leurs familles ainsi qu'à leurs ordinateurs de travail.

    En outre, Cracka a également effectué des canulars téléphoniques (pranks, en Anglais), adressés aux chefs de la CIA.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Espionnage du Web par les services spéciaux américains (274)

    Lire aussi:

    Le FBI ne peut pas prouver le piratage du compte d'Hillary Clinton
    Le directeur de la CIA impressionné par les capacités informatiques de la Russie
    "Les hackers russes", une astuce pour détourner l'attention des problèmes réels
    Tags:
    espionnage, accusations, piratage, informatique, hackers, cyberattaque, Crackas With Attitude, Département de la Justice américain, FBI, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), Congrès des États-Unis, CIA, Sputnik, Andrew Boggs, Justin Liverman, John Brennan, Edward Snowden, Alexandrie, Virginie, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik