International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
6125
S'abonner

Selon le président du Conseil européen Donald Tusk, le Brexit sera une perte pour tous dans l'UE car «il n'y aura de gâteaux sur la table pour personne».

Donald Tusk, président du Conseil européen, a déclaré ce jeudi que le Royaume-Uni pourrait finalement décider de ne pas quitter l'Union européenne, car il va découvrir que toute forme de divorce avec l'UE tournera à un « Brexit dur », nuisible pour le pays.

« Il est inutile de spéculer sur un "Brexit doux". De telles spéculations seraient purement théoriques. À mon avis, la seule alternative réelle à un "Brexit dur" est un "non-Brexit". Même si aujourd'hui presque personne ne croit à une telle possibilité », a estimé Donald Tusk dans un discours à l'European Policy Centre à Bruxelles.

Dans le même temps, l'ancien premier ministre polonais, qui supervisera les négociations entre Londres et Bruxelles, a souligné qu'un tel renversement des résultats du référendum de juin était cependant improbable.

Par ailleurs, faisant référence à une promesse de la campagne du Brexit selon laquelle les Britanniques pourraient « avoir leur gâteau et le manger », M. Tusk a déclaré que le Royaume-Uni ne pouvait pas garder les avantages commerciaux d'un membre de l'UE tout en bloquant la voie pour les migrants européens et en rejetant l'autorité de tribunaux de l'Union.

« La vérité brutale est que le Brexit sera une perte pour nous tous. Il n'y aura pas de gâteaux sur la table. Pour personne », a ajouté M. Tusk.

Le 23 juin, les Britanniques se sont prononcés par référendum en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'UE. Durant ce scrutin, 51,9% des Britanniques ont voté pour le Brexit.

Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Le parlement britannique ne votera pas sur le Brexit
Un Brexit «pacifique» pour les USA?
Theresa May: Brexit signifie Brexit
La date du Brexit se précise
Tags:
Brexit, Union européenne (UE), Conseil européen, Donald Tusk, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook