International
URL courte
2663
S'abonner

L’article sur le site Wikipédia consacré à la candidate à la présidence US Hillary Clinton a été piraté par des hackers qui se sont moqués de l’ex Secrétaire d’État en publiant quelques photos de femmes nues et en appelant à voter pour Donald Trump.

Les pirates non identifiés ont publié des photos à caractère pornographique dans l'article de Wikipédia en langue anglaise consacré à la candidate démocrate à la présidence des États-Unis Hillary Clinton, informe le New York Daily News.

Les hackers ont également laissé un message appelant à voter pour le candidat du Parti républicain Donald Trump.

« Nous vous rappelons qu'en votant pour Hillary Clinton au mois de novembre, vous ne faites que prouver que vous êtes un libéral invertébré et ennuyeux. La guerre nucléaire sera inévitable et Bill Clinton pourrait violer plus de femmes et d'enfants. Sauvez l'Amérique que vous connaissez et aimez en votant pour Donald Trump ! », indique le message.

Le même message a été publié dans un article sur Bill Clinton. Une heure plus tard, l'administration de Wikipedia a supprimé les messages et a restauré l'intégralité des pages.

Jeudi 13 octobre des hackers ont piraté le compte Twitter du chef du QG de campagne de Hillary Clinton, John Podesta, et ont appelé à voter pour Trump en son nom.

« J'ai changé d'équipe. Votez pour Trump 2016 », exhortait le tweet.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Trump veut envoyer Clinton en prison? Pas littéralement!
Quand Hillary Clinton faisait l’éloge de Vladimir Poutine
Hillary Clinton était invitée à critiquer les actions de la Russie en Syrie
Armes pour la Libye: «J’ai servi de bouc émissaire pour blanchir Clinton»
Tags:
Wikipedia, porno, Internet, Twitter, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook