International
URL courte
52748
S'abonner

La ville d’Alep constitue la tête de pont de la guerre syrienne. Celui qui la domine contrôle le plus important point stratégique du pays. Le principal problème: au cas où la ville serait prise, la guerre ne prendrait toutefois pas fin, affirment des experts en la matière.

En proie à une guerre sans merci depuis déjà presque six ans, la ville d'Alep joue toujours un rôle clé dans le conflit syrien opposant l'armée gouvernementale, les rebelles et le groupe terroriste Daech. À en croire certains experts, celui qui contrôle la ville dispose du plus important point stratégique du pays, entre la Méditerranée et l'Euphrate, au sud-ouest de la Syrie.

C'est pour cela, écrit le journal allemand Handelsblatt, que l'armée gouvernementale ˗ épaulée par ses alliés russes, libanais et iraniens ˗ cherche à reprendre par tous les moyens le contrôle sur la ville, notamment sur sa partie orientale où les rebelles ont pris leurs quartiers.

Bien que ce ne soit pas pour aujourd'hui, ni même pour demain, le gouvernement syrien parviendra tôt ou tard à atteindre son objectif, affirment les experts. « Alep tombera lentement, peut-être en l'espace d'un an », indique notamment Robert Ford, ancien ambassadeur américain en Syrie: « Alep ne constitue pas le tournant, pas encore. Le président Assad parviendra sans doute à ses fins. Cependant, cela ne mettra pas fin à la guerre, les rebelles continuant de résister en dépit de bombardements acharnés. »

« Cela peut durer encore cinq ans, peut-être dix, mais au bout du compte, Bachar el-Assad règnera en maître sur le pays divisé », conclut M. Ford.

Le journaliste arabe Sarkis Naoum a de son côté indiqué que les pays du Golfe, soutenant en cachette les insurgés, essayeraient dans les années à venir d'empêcher le gouvernement syrien de prendre le dessus dans le conflit: « Pour les pays du Golfe, c'est la guerre du siècle. Ils sont prêts pour un deuxième Afghanistan. »

Et de rappeler: « Dans les années 80, l'Afghanistan était en proie à une guerre opposant le gouvernement et les moudjahidines. Tandis que l'Union soviétique épaulait les troupes gouvernementales, l'Arabie saoudite aidait les insurgés islamistes en leur fournissant des munitions. Bien que l'armée afghane avait alors une supériorité stratégique et contrôlait toutes les grandes villes, elle ne parvenait pas à endiguer la résistance des moudjahidines. En fin de compte, l'Union soviétique a retiré ses troupes. »

« Il est possible que cela taraude toujours Moscou. (…) La Russie cherche à renforcer son influence géopolitique sur la péninsule arabique et à s'imposer en tant que puissance mondiale sur la scène internationale », souligne M. Naoum.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Enlevé en Syrie en 2013, un bloggeur russe rentre au pays
Lavrov énonce les conditions de la reprise de la trêve en Syrie
Lavrov rencontrera son homologue iranien lors des pourparlers sur la Syrie
Des photos d’employés des pompes funèbres pendant l’enterrement de Maradona scandalisent l’Argentine
Tags:
conflit, terrorisme, djihadisme, Pays du Golfe, Afghanistan, Syrie, Alep
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook