International
URL courte
2071323
S'abonner

Hadiya Khalaf Abbas, président du Conseil du peuple de la Syrie, l'autorité législative du pays, considère la Crimée comme une partie intégrante de la Russie, la péninsule ayant rejoint le pays suite à un référendum, a-t-elle déclaré à Sputnik.

« Nous reconnaissons que la Crimée fait partie intégrante de la Russie. Les relations entre la Syrie et la Russie sont stratégiques et prometteuses. Nous allons travailler sur le développement de ces relations avec le gouvernement russe dans tous les domaines: politique, économie, société et même consulaires », a déclaré Hadiya Khalaf Abbas.

Et d'ajouter: « Ils ont pris la décision de s'unir avec leur pays. Voilà ce qui s'est passé », a indiqué Hadiya Khalaf Abbas.

La Crimée et Sébastopol ont été rattachés à la Russie à la suite d'un référendum tenu en mars 2014. 96,77 % des Criméens et 95,6 % des habitants de la ville de Sébastopol (ville criméenne avec un statut particulier) ont voté pour le rattachement à la Russie. La péninsule avait été « offerte » à l'Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954. Aujourd'hui, l'Ukraine continue de considérer ce territoire comme le sien. La majorité des pays occidentaux soutiennent la position de Kiev et ont introduit des sanctions antirusses en 2014.

Selon le président russe Vladimir Poutine, la question de la Crimée est « close une fois pour toutes ».

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Un drone stratégique US en reconnaissance en Crimée
Bientôt un hôtel 5 étoiles en Crimée sous l’égide de l’Italie?
«Viva Crimea!», s’exclament ces députés italiens en Crimée
Crimée: une réponse tranchante d’un sénateur russe à un diplomate US
Président ukrainien: Trump changera de position sur la Crimée
Tags:
référendum, Crimée, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik