Ecoutez Radio Sputnik
    Le président philippin Rodrigo Duterte

    Le président philippin aux États-Unis: «Adieu, mes amis!»

    © AP Photo / Aaron Favila
    International
    URL courte
    281090
    S'abonner

    Lors d’un ambitieux voyage en Chine visant à décrocher de l'aide et un soutien chinois, le président philippin Rodrigo Duterte n’a pas manqué l’occasion pour fustiger les États-Unis… Cette fois, il a fait ses adieux aux États-Unis en se tournant vers la Chine.

    Alors que les Philippines étaient traditionnellement de proches alliés des États-Unis, Rodrigo Duterte a brisé ce cap début septembre en insultant Barack Obama, avant de s'excuser après coup. En outre, le président a décidé de ne pas s'arrêter là, et a par la suite menacé de mettre fin aux exercices militaires conjoints avec Washington, des manœuvres étant prévues pour octobre.  

    Lors d'une visite en Chine, le président philippin a continué sur sa lancée, faisant ses adieux aux États-Unis :

    « Votre séjour dans mon pays n'était utile que pour vous et il est temps de dire au revoir, mes amis », a déclaré M. Duterte, cité par le portail GMA News.

    « Je n'irai plus en Amérique, je serai seulement de nouveau insulté », a déclaré M. Duterte dans un discours adressé aux Philippins résidant en Chine.

    Selon lui, l'Occident a trop longtemps dicté aux Philippines sa politique étrangère.

    « Ce qui nous séparait de la Chine n'était pas le fruit de nos efforts : je tracerai une nouvelle voie », a-t-il déclaré.

    Cependant, dans un autre discours en Chine, le président philippin a déclaré que son pays n'avait pas l'intention de signer de nouvelles alliances militaires ou de rompre les alliances existantes.

    « Il n'aura pas de nouvelles alliances. Il n'aura pas de ruptures des alliances militaires. Je dis simplement que nous ne devrions pas jeter de l'huile sur le feu (des conflits existant) alors que le monde bouillonne déjà », a déclaré M. Duterte aux journalistes philippins qui l'accompagnaient.

    Le dirigeant philippin est connu pour ses déclarations insultantes à l'endroit de son homologue américain Barack Obama. M. Duterte a provoqué un scandale international en qualifiant Barack Obama de « fils de pute » après que ce dernier eut exprimé sa préoccupation au sujet de la situation en matière de droits de l'homme aux Philippines. Ensuite, le chef d'État philippin a déclaré que Barack Obama pouvait « aller au diable » si les États-Unis ne voulaient pas vendre d'armes aux Philippines.

    Ce virage à 180 degrés dans sa politique diplomatique, signifie-t-il une nouvelle étape dans les relations entre Pékin et Manille? Précédemment, les relations entre les deux pays se sont détériorées en raison de leurs revendications territoriales dans la mer de Chine méridionale. Ces tensions semblent prendre fin: mardi 18 octobre, Rodrigo Duterte est arrivé à Xiamen (le sud de la Chine) avec une importante délégation pour une visite historique pour se rapprocher de son voisin chinois.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le président philippin conseille gentiment à l’UE d’aller se faire f…
    Le président philippin pour la lutte anti-terroriste, mais sans les Américains
    Le président philippin promet de bouffer du terroriste tout cru
    Tags:
    adieux, Rodrigo Duterte, Philippines, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik