Ecoutez Radio Sputnik
    Mme Mensah-Schramm

    Une retraitée élimine les graffitis xénophobes à Berlin depuis 1986

    © Photo. Capture d'écran: Vimeo
    International
    URL courte
    41320
    S'abonner

    Depuis une trentaine d'années, Irmela Mensah-Schramm, 70 ans, passe son temps libre à enlever les graffitis xénophobes dans les rues de Berlin.

    Dans sa maison, Mme Mensah-Schramm garde plus de 80 cartons contenant les photos des murs sur lesquels elle a peint, ainsi que les affiches et tracts qu'elle a enlevés.

    La retraitée vit dans le quartier de Zehlendorf à Berlin. Pendant de nombreuses années, elle a travaillé dans une école pour les enfants atteints de troubles du développement.

    En 1986, elle a commencé à lutter contre la propagande nazie et xénophobe dans les rues de Berlin tout en enregistrant ses exploits.

    Paradoxalement, la retraitée a attiré l'attention des médias après avoir été condamnée à une amende pour avoir peint par-dessus un graffiti « Merkel doit partir », ce qui a été reconnu comme un délit administratif. Comme Mme Mensah-Schramm l'explique elle-même, ce slogan est devenu populaire sur fond de crise migratoire et était souvent utilisé par des militants et sympathisants de l'extrême droite.

    Une retraitée élimine les graffitis xénophobes à Berlin depuis 1986
    © Photo. Capture d'écran: Vimeo
    Une retraitée élimine les graffitis xénophobes à Berlin depuis 1986

    Cependant, elle se déclare contente de la réaction suscitée par sa condamnation pour dommages à la propriété municipale. « De ce point de vue, je suis coupable de centaines de cas de dommages à la propriété d'autrui », plaisante-t-elle dans une interview accordée au quotidien Berliner Zeitung.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Xénophobie: ces champignons qui n’aiment pas les étrangers
    Montée de la xénophobie en Allemagne, en pleine crise migratoire
    En Allemagne, les messages xénophobes rapportent de l’argent pour les réfugiés
    Tags:
    graffiti, xénophobie, Berlin, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik