International
URL courte
Les révélations de WikiLeaks (109)
28645
S'abonner

Les médias pro-Clinton appellent à lever l’immunité de l’ambassade d’Équateur à Londres pour arrêter les révélations de WikiLeaks. Cela signifie qu’ils proposent de prendre d’assaut l’ambassade pour arrêter le fondateur de WikiLeaks Julian Assange…

Plusieurs médias américains ont appelé le Royaume-Uni à priver l'ambassade d'Équateur à Londres, qui héberge le fondateur de WikiLeaks Julian Assange, de son immunité diplomatique en vue de mettre fin à la publication des courriels de l'équipe de la candidate à la présidentielle américaine Hillary Clinton.

​Cela signifie-t-il qu'on doit maintenant prendre d'assaut l'ambassade d'Équateur, se demande le mensuel suédois de défense des droits de l'homme The Indicter.

L'article « Assange et WikiLeaks se moquent de la diplomatie dont ils profitent », qui appelle à lever l'immunité de l'ambassade, est paru fin octobre dans le magazine Newsweek et d'autres médias dont UPI Top News.

​L'auteur du texte, Paul Webster Hare, professeur de relations internationales à l'Université de Boston, cite de nombreux extraits de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, tout en omettant l'idée clé de cet accord signé par le Royaume-Uni et 60 autres États en 1961 : « Les locaux de la mission sont inviolables. Il n'est pas permis aux agents de l'État accréditaire d'y pénétrer, sauf avec le consentement du chef de la mission », rappelle The Indicter.

Selon l'article controversé, les courriels de l'équipe d'Hillary Clinton seraient « des biens volés » par WikiLeaks et plus particulièrement M. Assange. Mais le journal Newsweek oublie que le site WikiLeaks ne fait que publier les dossiers qu'ils reçoit dans le cadre de son activité journalistique et que WikiLeaks n'a pas piraté ces courriels, note le mensuel suédois.

D'après The Indicter, l'auteur de l'article a tort d'imputer à l'Équateur et à M. Assange une violation de la Convention de Vienne en s'appuyant sur une interprétation inappropriée d'un fragment de cet accord international.

La Convention de Vienne indique effectivement que les locaux de la mission ne doivent pas être « utilisés d'une manière incompatible avec les fonctions de la mission telles qu'elles sont énoncées dans la Convention, ou dans d'autres règles du droit international général ».

Mais le gouvernement équatorien ne s'ingère pas dans l'élection présidentielle américaine par le biais de son ambassade à Londres. Julian Assange ne participe pas non plus à des activités journalistiques liées à la publication des courriels et WikiLeaks a publié un communiqué spécial à ce sujet.

Mais le magazine Newsweek, comme beaucoup d'autres médias pro-Clinton, n'évoque pas les enjeux principaux de la situation autour des courriels de Hillary Clinton, note le mensuel. Il omet de mentionner si ces courriels stockés sur des serveurs privés relèvent du secret d'État et si les révélations de WikiLeaks se réfèrent à des faits vrais.

​Pourtant ces questions devraient être au centre de toutes les analyses au lieu d'attirer l'attention sur le lanceur d'alerte et les moyens qu'il a utilisés.

Bref, la proposition de Newsweek aux autorités britanniques constitue une interprétation erronée de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, conclut le mensuel.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Les révélations de WikiLeaks (109)

Lire aussi:

WikiLeaks: Clinton dissimulait ses rapports avec les banquiers
WikiLeaks: les journalistes d’AP impliqués dans le scandale Clinton
WikiLeaks publie le 20e lot des emails du directeur de campagne d'Hillary Clinton
Hillary. Courriels et extraits choisis: le plus intéressant sur Wikileaks
Tags:
immunité diplomatique, Convention de Vienne sur les relations diplomatiques (1961), révélations, ambassade, Présidentielle américaine 2016, The Indicter, Newsweek, WikiLeaks, Paul Webster Hare, Julian Assange, Hillary Clinton, Equateur, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook