International
URL courte
6017
S'abonner

Les terroristes de l’EI déplacent de force des civils dans la ville irakienne de Mossoul afin de les utiliser comme boucliers humains.

Selon la porte-parole du Conseil des droits de l'homme de l'Onu Ravina Shamdasan, les terroristes ont acheminé 1  600 personnes d'Hamman al Alil à Tal Afar dans l'intention de les utiliser comme boucliers humains, et leur ont dit qu'elles pourraient être conduites en Syrie.

En outre, Mme Shamdasan a indiqué que les terroristes avaient pris en otage 400 femmes et demandaient aux résidents d'Hamman al Alil de leur remettre leurs enfants afin de les recruter dans leurs rangs.

«  Nous avons des informations selon lesquelles les terroristes de l'EI détiennent à Tal Afar environ 400 femmes des communautés musulmanes kurde, yézidie et chiite. Depuis le 17 octobre, l'EI recrute également de force des enfants âgés de 9-10 ans pour en faire des enfants soldats à Mossoul  », a rapporté Ravina Shamdasani.

L'Onu dispose en outre d'informations selon lesquelles les djihadistes ont exécuté plusieurs centaines de personnes aux alentours de Mossoul, dont 50 des leurs pour désertion et environ 200 anciens fonctionnaires.

Des civils ont aussi été tués dans des raids aériens, dont l'un aurait notamment coûté la vie à quatre femmes et fait 17 blessés, mercredi à Koudous, un quartier de l'est de Mossoul.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

3 000 «esclaves sexuelles» toujours aux mains de Daech
Réfugié de Mossoul: «Daech, c’est tout ce que les Américains nous ont apporté»
Des Irakiens témoignent: Daech torturait des enfants et des handicapés
Le Hamas lance un nouveau barrage de roquettes vers Israël
Tags:
bouclier humain, civils, Etat islamique, Ravina Shamdasani, Syrie, Mossoul, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook