Ecoutez Radio Sputnik
    Republican presidential candidate Donald Trump gestures to the crowd during a rally in Roanoke, Va., Saturday, Sept. 24, 2016

    La défaite de Trump, ou comment le Web nous en a convaincu

    © AP Photo / Steve Helber
    International
    URL courte
    Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)
    14201

    Nous étions tellement dans notre tort, persuadé que la victoire d’Hillary Clinton serait facile dans sa course à la présidence US, tandis que Trump semblait être un candidat un peu trop extrême, voire grossier.

    Au cours de l'élection présidentielle américaine, nombre sont ceux qui ont regardé les sondages à la sortie des urnes indiquant l'avance plus ou moins forte de Clinton face à Trump. La victoire de la candidate démocrate s'avérait une chose sûre.

    Ensuite, avant de connaître le score final, Hillary Clinton a remporté des États qui lui étaient favorables, à l'instar du New Jersey, et Donald Trump a gagné dans d'autres États habituellement républicains, comme l'Indiana. Les Européens, eux, n'avaient presque aucun doute sur le fait que les Américains ne voteraient pas pour un personnage aussi vulgaire. De plus, même le Comité national républicain était convaincu que son candidat avait échoué.

    A deux heures du matin, heure de New York, il était temps d'aller se coucher, mais c'est bien là que tout a changé. Les Américains n'étaient justement guère au courant de la situation réelle.

    Aujourd'hui, de nombreux analystes se justifient en affirmant que personne autour d'eux n'a voté Trump et qu'ils ont tous lu les mêmes sources et médias en ligne. Pour faire simple, beaucoup de gens lisant les journaux à grands tirages ou adeptes des réseaux sociaux, sûrs d'eux-mêmes, qui ont voté Clinton, se sont enfermés dans un piège psychologique, projetant leur propre conviction sur tous autres électeurs. Ce qui était une énorme erreur, s'enfermant ainsi dans leur bulle.

    Plus de 58 millions d'Américains ont choisi Donald Trump. Les médias n'ont presque pas parlé de ces gens ordinaires, de leurs loisirs, de leurs convictions, de leurs attentes et espérances.

    Pour les électeurs d'Hillary Clinton, regarder au-delà de l'horizon de leurs propres amis était trop difficile. Facebook et Twitter ont accentué ce phénomène psychologique et, se faisant, ont manipulé l'opinion publique, laissant de côté quelques dizaines de millions d'Américains qui ont fait leur choix dans le silence médiatique.

    En outre, les « démocrates heureux » étaient en proie d'une image de cinéma américain des médias joyeux, objectifs et pour de moins informés.

    Ce qui s'avère être, de nos jours, faux.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)

    Lire aussi:

    Trump accuse les médias d’attiser les manifestations contre lui
    Zakharova: les médias surpris par la victoire de Trump sont de «mauvais experts»
    La victoire de Donald Trump: un choc pour les médias
    Tags:
    opinion publique, campagne électorale, médias, victoire, candidats, Twitter, Facebook, Présidentielle américaine 2016, Republican national committee (RNC) des États-Unis, Donald Trump, Hillary Clinton, New Jersey, Indiana, New York, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik