International
URL courte
Par
18341
S'abonner

A quelques jours du vote de la résolution sur « la lutte contre la propagande des pays tiers» au Parlement européen à Strasbourg, les médias français en remettent une couche avec des fautes de frappe qui valent à Sputnik de diffuser « en 133 langues », c’est beaucoup, mais c’est faux.

« Depuis une décennie, la Russie affiche une farouche volonté d'être présente à l'étranger autrement que par les armes ». C'est ainsi que commence un article de Ouest France au sujet de la guerre de l'information en mettant au centre la Russie et les médias russes présents à l'étranger comme Sputnik ou RT. « Une farouche volonté » de donner un point de vue alternatif sur l'actualité internationale, c'est ce qu'on appelait jadis « la liberté de la presse ».


Ouest France, qui fait partie de la liste des dix médias français les plus subventionnés par l'État , donne dans son article les budgets des médias russes financés par le Kremlin, des subventions qui font d'eux « des entreprises stratégiques du pays ».

​En ce qui concerne Sputnik, Ouest France cite un chercheur à l'Ifri, qui remarque que la diffusion de l'agence est impressionnante et s'effectue en 133 langues. Une faute de frappe, sans doute, mais qui ajoute une centaine de langues de diffusion en plus à Sputnik, le rendant encore plus « dangereux ».

Avant que la fameuse résolution qui met Sputnik, Daech et l'Église Orthodoxe sur le même plan ne soit votée au Parlement européen, l'UE a procédé au blocage du site russe InoSMI. Ce portail publie chaque jour en russe des articles tirées des médias étrangers. Il s'agit donc uniquement de traductions en russe d'articles qui traitent de l'actualité liée à la Russie.

Quand on avance que la Russie veut être présente à l'étranger « autrement que par les armes », il est bon de savoir que l'agence russe de RFI existe depuis 1983, l'agence russe de la BBC depuis 1946 et l'agence russe de la Voix de l'Amérique depuis 1947, comme des dizaines d'autres médias étrangers qui travaillent en Russie.

Ministère des affaires étrangères de Lituanie: « La Russie n'est pas une super puissance mais un super problème ». 

On oppose souvent la Russie et les États-Unis, et les médias de presse russes sont régulièrement accusés d'américanophobie et de la mise en avant de l'actualité liée à la Russie et au président Poutine. En faisant un tour du compte Twitter de la Voix de l'Amérique en russe, on comprend rapidement l'orientation du média.

​Obama est à Berlin: on va parler des sanctions contre la Russie

Faut-il s'attendre à de nouvelles sanctions, mais qui pourraient désormais toucher le travail des journalistes? Il faudra suivre attentivement les résultats du vote de la résolution au Parlement Européen à Strasbourg la semaine prochaine. Il serait judicieux de rappeler que le projet de résolution a été préparé par Anna Fotyga, députée polonaise qui, dans ses interviews, parle avec beaucoup de sérieux de la cinquième colonne russe ou encore allemande qui sont à l'œuvre dans son pays. Dans le même temps, elle veut « protéger les valeurs européennes » et qualifie l'avortement d'« euthanasie non volontaire des enfants ». Rien à ajouter.

Lire aussi:

Sans autre forme de procès, l’UE bloque un site russe pour contrer «la propagande»
Trump contre le New York Times: il déforme ma position sur les armes nucléaires
Sous l'influence des médias mainstream, les Européens sympathisent avec Clinton
Assange: Trump battu d’avance par la machine de propagande d’État US
Tags:
La Faute Aux Russes, La Main du Kremlin, politique, propagande, médias, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook