Ecoutez Radio Sputnik
    Sharon Jones

    Cette chanteuse qui accuse Trump de son AVC… avant de mourir

    © AFP 2019 VALERY HACHE
    International
    URL courte
    7531

    L’hystérie anti-Trump est à son comble. La chanteuse soul Sharon Jones a trouvé, avant de décéder, le coupable de son malaise… Elle a accusé Donald Trump d’un accident vasculaire cérébral qu’elle a subi en suivant les élections présidentielles aux États-Unis.

    La chanteuse soul américaine Sharon Jones, qui s'était fait connaître avec les Dap-Kings, est décédée vendredi soir à 60 ans des suites d'un cancer, a annoncé samedi dernier son agent.

    Les participants du groupe américain Sharon Jones & The Dap-Kings ont raconté que la fondatrice du groupe, Sharon Jones, avait subi deux AVC avant de mourir. Et elle a accusé le président élu Donald Trump d'être le responsable de ces accidents.

    « Elle a dit aux gens que Trump avait causé ses accidents vasculaires cérébraux», lit-on dans le journal Los Angeles Times, citant un musicien de son collectif. Le premier accident l’a frappée dans la nuit du 8 novembre lorsqu’elle suivait le vote à la télévision.

    Originaire d'Augusta en Géorgie, Sharon Jones est devenue chanteuse professionnelle à 40 ans, ayant commencé à chanter dans les églises.

    Un documentaire sorti en 2015, « Miss Sharon Jones » de Barbara Kopple, raconte le combat de la diva contre son cancer du pancréas diagnostiqué en 2013.

    Souvent comparée à James Brown, cette « reine de la funk » a collaboré avec des artistes comme Lou Reed ou Amy Winehouse, sur son album Back to Black, apprend-on de l’AFP.

    L'album « Give The People What They Want » qu'elle a sorti avec les Dap-Kings a été nominé au Grammy Awards en 2014 dans la catégorie meilleur album de R'n'B. 

    Lire aussi:

    Une manif anti-Trump dégénère en fusillade
    Vague de manifestations anti-Trump à travers les USA (vidéos)
    Que se cache-t-il derrière la manif anti-Trump à Paris?
    Tags:
    décès, accident vasculaire cérébral (AVC), Donald Trump, Sharon Jones, Augusta, Géorgie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik