International
URL courte
3019
S'abonner

Laxisme et manque de connaissances scientifiques seraient à l'origine de l'expédition par erreur d'échantillons de bacilles mortels par un laboratoire militaire américain, selon un rapport d'enquête présenté vendredi au Pentagone.

Depuis une dizaine d'années environ, le laboratoire militaire de Dugway dans l'Utah (Ouest) expédiait à des laboratoires du monde entier des échantillons de bacilles de la maladie du charbon mal inactivés.

L'alerte avait été donnée au printemps dernier par un de ces laboratoires.

L'enquête déclenchée par la suite a permis de découvrir qu'au total, 194 laboratoires de 9 pays avaient reçu pour fins de recherche ces échantillons mal inactivés.

Personne n'a été contaminé suite à ces expéditions, et les autorités américaines estiment qu'elles « n'ont jamais posé de risque pour la santé publique ».

Un rapport d'enquête, rendu public vendredi par le Pentagone, pointe notamment le manque de connaissances scientifiques sur la manière d'inactiver les bacilles.

Ce manque de connaissances aurait conduit à l'instauration de normes d'inactivation en réalité inapplicables.

Le rapport pointe également un certain laxisme dans le fonctionnement du laboratoire de Dugway, estimant que 12 personnes, cadres ou techniciens, doivent d'une manière ou d'une autre « rendre des comptes ».

« Cela ne veut pas dire forcément les retirer de leur poste, cela peut être de leur faire suivre une formation », a expliqué le général Paul Ostrowski, qui a dirigé l'enquête.

Le général William King, responsable du laboratoire de 2009 à 2011, a ainsi « minimisé » d'autres incidents dont il avait été témoin, « perpétuant une atmosphère complaisante » dans son équipe, selon le rapport.

En 2001, après les attentats du 11 septembre, des bacilles actifs avaient sciemment été placés dans des enveloppes, qui ont circulé dans le système postal américain. Vingt-deux personnes, dont 12 postiers, avaient alors été contaminées, et cinq étaient décédées.

Les laboratoires publics américains ont avoué l'année dernière plusieurs erreurs de manipulation de bactéries dangereuses.

En juillet dernier, le directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) Tom Frieden, conclut l'АFР, avait reconnu devant le Congrès une série de manquements aux protocoles de sécurité dans ses propres laboratoires.

Parmi les incidents recensés, qui n'avaient pas donné lieu à des contaminations, l'envoi dans trois laboratoires de bacilles de la maladie du charbon non désactivés.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Le Pentagone admet qu’une frappe aérienne US a «probablement» tué des civils
Le Pentagone veut mettre au point un pilote électronique
Yémen: le Pentagone prône le cessez-le-feu et continue de fournir des armes à Riyad
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
bacilles, laboratoire militaire de Dugway, Pentagone, Tom Frieden, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook