Ecoutez Radio Sputnik
    Alep

    Défense syrienne sur Trump: «Nous misons sur nos alliés, pas sur nos ennemis»

    © Sputnik . Mikhail Alaeddin
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)
    9421
    S'abonner

    Les remaniements au sein des gouvernements des pays occidentaux, y compris aux États-Unis, ne doivent pas affecter la politique intérieure de la Syrie, qui mise sur ses alliés et non pas sur ses ennemis, a confié à Sputnik le porte-parole de l’armée syrienne, Samir Souleiman.

    Suite à la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles, le porte-parole de l'armée syrienne, le général Samir Souleiman, se prononce sur les perspectives des relations diplomatiques entre la Syrie et l'Occident.

    « Il serait erroné de s'attendre à un quelconque changement dans la politique occidentale ou à des remaniements au sein des gouvernements occidentaux. Il faut toujours miser sur ses propres forces et sur ses alliés, et non pas sur ses ennemis. Il faut considérer les ennemis comme tels puisqu'ils n'hésiteront pas à utiliser tous les moyens pour vous tromper et vous piéger », a-t-il martelé.

    Concernant la coopération entre Damas et Moscou dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le général a indiqué que dans les conditions actuelles, la victoire de l'armée syrienne « était clairement assurée ».  

    « Notre peuple et notre armée sont persuadés qu'avec le concours de la Russie, cette lutte sera menée à son terme. La victoire sur le terrorisme deviendra une victoire commune des armées syrienne et russe », a souligné l'interlocuteur de Sputnik.

    Le général a également rappelé que la coopération militaire entre les deux pays avait une longue histoire et que la tactique utilisée actuellement par l'armée syrienne se basait essentiellement sur l'expérience des militaires russes et soviétiques. L'équipement des soldats syriens, a-t-il poursuivi, est fabriqué en Russie et beaucoup de militaires syriens ont fait leurs études en Russie.

    « De nos jours, les relations entre les officiers syriens et russes sont très solides sur le plan militaire aussi bien que sur les plans psychologique et social. Il y a aussi un côté spirituel, les officiers luttant contre le terrorisme au nom des deux peuples et de toute l'humanité », a conclu le général.

    Le 17 novembre, le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé le début des consultations avec l'équipe du président américain élu sur le règlement du conflit en Syrie. Le 14 novembre, le problème de la Syrie avait été mentionné lors du premier contact téléphonique entre le président russe Vladimir Poutine et Donald Trump, qui avait annoncé plus tôt sa disposition à coopérer avec Damas pour lutter contre le groupe terroriste État islamique, ainsi qu'à cesser l'aide au profit de l'opposition syrienne dite « modérée ». Pendant sa campagne électorale, Donald Trump avait mis l'accent sur la lutte contre le terrorisme en critiquant la politique moyen-orientale de Barack Obama.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Situation en Syrie (automne 2016) (217)

    Lire aussi:

    A Alep, les extrémistes empêchent les rebelles de quitter la ville
    L'armée syrienne continue de gagner du terrain à Alep
    Alep-Est: les civils quittent les quartiers au compte-gouttes
    Tags:
    coopération, Donald Trump, Alep, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik