Ecoutez Radio Sputnik
    Joe Biden (à droite) et Piotr Porochenko (archives)

    Le département d’État américain vole (encore) au secours de Porochenko

    © REUTERS / Michel Euler/Pool
    International
    URL courte
    9024
    S'abonner

    Pour arrêter la chute de la cote de popularité du président ukrainien Piotr Porochenko, le département d’État américain va lui donner un léger coup de pouce d’un montant de 800 000 dollars.

    Cette somme sera débloquée pour financer les organisations publiques ukrainiennes en charge de contrôler les organes locaux du pouvoir eu égard à la corruption et d'établir les rapports avec les médias régionaux.

    Le Bureau pour la démocratie, les droits de l'homme et le travail (DRL) du département d'État américain cherche une ONG capable de présenter avant le 17 janvier prochain un programme de contrôle de l'activité financière des fonctionnaires ukrainiens, des médias locaux et d'autres structures par des activistes et des organisations publiques. Les États-Unis assignent à ses fins une bourse de 800 000 dollars.

    « Dans le cadre du projet, les solliciteurs doivent mettre au point un mécanisme de contrôle par des activistes et organisations des opérations financières effectuées par les organes locaux du pouvoir et présenter un plan de coopération entre les activistes et les médias régionaux », précise le DRL.

    Le document précise que le Bureau aura un rôle important à jouer dans la mise en œuvre du programme.

    « Le département d'État adoptera un plan annuel. En outre, le Bureau supervisera toutes les actions du bénéficiaire de la bourse: les initiatives, les déplacements, les dépenses financières », indique la notice explicative du DRL.

    Les contacts avec divers groupes de citoyens et des minorités de toute sorte, notamment ethniques, religieuses et la communauté LGBT, figurent parmi les critères présidant au choix des candidats.

    Depuis 2008, l'administration américaine a accordé à maintes reprises des sommes rondelettes aux médias, hommes d'affaires et activistes civiques ukrainiens. Des bourses ont été distribuées par le biais du Bureau pour la démocratie, les droits de l'homme et le travail, de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et de la Fondation nationale pour la démocratie (NED).

    En mars 2013, le DRL a déboursé 500 000 dollars pour préparer la population aux élections législatives et présidentielles qui ont porté au pouvoir Piotr Porochenko.

    L'hiver dernier, 400 000 dollars ont été versés pour promouvoir des « médias ukrainiens indépendants afin d'assurer le développement démocratique de l'Ukraine ».

    En août 2015, l'USAID contrôlée par le secrétaire d'État a débloqué 8 millions de dollars pour la réalisation du programme PULSE (Politique d'autogestion locale en Ukraine) voué à soutenir les parlements régionaux et à décentraliser le pouvoir.

    En 2015, les médias ont communiqué que la Fondation nationale pour la démocratie avait été fortement impliquée dans la préparation du coup d'État à Kiev. Entre 2011 et 2014, la NED a transféré environ 14 millions de dollars aux ONG ukrainiennes qui assuraient la couverture médiatique des manifestations, fournissaient des équipements de protection aux journalistes travaillant sur les lieux et organisaient des mouvements de jeunes.

    Le politologue Sergueï Soudakov note qu'une bourse américaine ne sera pas octroyée à une organisation douteuse.

    « Le gouvernement (américain) doit être certain de la loyauté des organisations auxquelles il confie de tels projets. Car leur objectif est l'espionnage et la préparation du terrain pour l'application de la politique pro-américaine », relève l'expert.

    Le politologue Nilolaï Chliamine est convaincu que les autorités américaines ont décidé de débourser parce que le président Piotr Porochenko a perdu la confiance non seulement de la population, mais aussi des médias. A deux ans de la présidentielle, sa cote de popularité a baissé d'environ 80 %.

    « Sous la présidence de Porochenko, l'Ukraine n'a pas réussi à adhérer à l'Union européenne et à devenir membre de l'Otan. Et les échecs se multiplient dans la politique intérieure », explique l'expert.

    Selon M. Chliamine, dans le cadre du programme du DRL, les activistes contrôleront les dépenses des fonctionnaires, les médias se consacreront à la lutte contre la corruption, ce qui aidera les Américains à maintenir leur favori au pouvoir lors de la prochaine présidentielle.

    L'administration américaine sortante cherche à établir un contrôle total sur l'Ukraine, une importante région stratégique de l'Europe de l'Est située à la frontière avec la Russie.

    « Obama va quitter la Maison Blanche. C'est pourquoi il faut débloquer d'urgence des fonds indispensables pour poursuivre la politique engagée par les démocrates et empêcher le président élu Donald Trump de mettre en place une nouvelle ligne de coopération avec l'Ukraine », conclut l'expert.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

     

    Lire aussi:

    L’Ukraine et les USA rejettent la résolution contre la glorification du nazisme
    Comment la CIA soutient le secteur financier en Ukraine
    Nouveau Maïdan à Kiev: «Porochenko a plus "peur" de son peuple que de Poutine»
    Tags:
    cote de polularité, aide financière, Fondation nationale pour la démocratie (NED), Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), Bureau pour la démocratie, les droits de l'homme et le travail (DRL), Donald Trump, Barack Obama, Petro Porochenko, États-Unis, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik