Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Selon Damas, la déclaration d’Erdogan confirme l’agression turque contre la Syrie

    © Sputnik. Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    945323494

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré hier à Istanbul que la Turquie était entrée en Syrie pour en finir avec le règne du tyran el-Assad, provoquant une grande surprise dans nombre de capitales.

    Selon une déclaration du ministère syrien des Affaires étrangères, l'intention de renverser le dirigeant syrien Bachar el-Assad annoncée par le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan confirme qu'il s'agit d'une « agression turque » sur le territoire de la Syrie.

    « La déclaration d'Erdogan sur l'objectif de l'agression turque en Syrie a mis fin à son mensonge et a démontré que cette agression sur le territoire syrien n'était rien d'autre que le résultat d'ambitions et d'illusions », stipule la déclaration du ministère syrien.

    Le président turc a déclaré hier dans son intervention au symposium de la Plateforme interparlementaire de Jérusalem que l'armée turque avait engagé une opération militaire en Syrie pour mettre un terme au mandat du président de la Syrie Bachar el-Assad.

    Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a indiqué dans son commentaire de la déclaration de M. Erdogan qu'elle était tout à fait nouvelle et en discordance avec les propos précédents, en précisant que seules les troupes russes étaient autorisées à être présentes dans le pays.

    Une source de ria.ru au sein de l'administration turque estime que les propos du président Erdogan ne doivent pas être pris au pied de la lettre.

    « Cette déclaration faite par le président hier ne doit pas être interprétée littéralement. J'espère que l'incompréhension (avec la Russie) à laquelle elle a donné lieu sera surmontée rapidement », a dit la source, ajoutant que seuls des hauts dirigeants turcs pouvaient fournir des commentaires officiels sur la déclaration d'Erdogan.

    Depuis le 24 août, les militaires turcs mènent l'opération terrestre Bouclier de l'Euphrate dans le nord de la Syrie qui vise à lutter contre le groupe terroriste Daech.

    L'armée d'Erdogan a pris le contrôle de la ville frontalière de Jerablus, dans le nord de la Syrie, et poursuit son offensive dans le sud-ouest du pays. Le but de la mission, d'après M. Erdogan, est de chasser les terroristes de ce territoire de 5 000 kilomètres carrés afin d'y créer des zone sécurisées pour les réfugiés.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

     

     

    Lire aussi:

    Vladimir Poutine évite une guerre entre la Syrie et la Turquie
    La Turquie appelle la Russie à maintenir le dialogue sur la Syrie malgré les divergences
    Les enjeux de la Turquie en Syrie en mutation permanente
    Tags:
    agression, Bouclier de l'Euphrate (opération militaire turque), Bachar el-Assad, Recep Tayyip Erdogan, Dmitri Peskov, Turquie, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • zroudia
      Tout est clair à présent ! Le sultan tyran vient de se définir solennellement en agresseur !!! En réponse égale, Bachar devrait aider le PKK et l'opposition Turque !!!
    • Puka Runa
      Bon, qu'en est-il en matière de droit international, "onusien" y compris ? Y aura-t-il des conséquences judiciaires et politiques ?
    • louisjulia220
      Rien de nouveau: pbs.twimg.com/media/Cyd70RoXcAAER83.jpg
      Légende de la photo: "Et maintenant, attention: cette caricature a été dessinée déjà au cours de la lointaine année 1958."
    • Soizic
      On a compris depuis fort longtemps ce qu'étaient les visées d'Erdogan sur les pays voisins, et au premier chef, la Syrie.
      Nous avons affaire à un malade mental avéré: et vous verrez, j'en suis sûre, que , au bout du compte, cela ne pourra pas échapper à ce diagnostic, et j'en fais le pari sur plusieurs années.
      Il a toutes les caractéristiques du paranoïaque , avec un désir de contôle sur tout, un délire de persécution, et l'agressivité envers des populations qui, avant sa provocation, ne lui ont rien fait (Syrien, Kurdes).
      Un tel malade, s'il n'essaie pas de se soigner, ne pourra aller que de pis en pis, jusqu'à d'ultimes provocations qui, d'une manière ou d'une autre, provoqueront des réactions qui mettront un terme à sa nuisance.
    • gio
      Turquie = isrel = terroriste
    • normandieniemen
      combien de temps les russes vont ils supporter les fourberies d'erdogan et de sa clique de freres musulmans ?
    • mcwizard113
      Mr Erdogan est la plus grande pute qu'ait connu la Turquie. Je serais d'avis qu'une petite balle perdue entre ses deux yeux ne ferait de mal a personne....
    • serge.peon-2
      C'est curieux, depuis longtemps personne ne s'est trompé sur l'entré de la Turquie en Syrie. Maintenant on a l'air de nous dire que l'affaire a présent est claire, mais elle l'est depuis le début.
      Un avion accusé d'avoir légèrement passé au dessus de son territoire, ce qui n'est toujours pas prouvé c'est pas bien, des tanks qui entre sur le territoire De la Syrie c'est bien, ou vas on !
    • arboretum
      Je pense que DODU DODO va se faire botter le cul par la Russie....et dans pas longtemps en plus !!
    • Parousnik
      Que Mamamouchi tienne de tels propos dans la capitale Palestinienne occupée n'est peut être qu' un effet de manche pour plaire à l auditoire....
    • Parousnik
      peut être aussi était de l'humour ...turc
    • générale morneault
      tient tient merdrogan est encore entrain de faire la sales besognes des al saoude

      pauvre merdrogan c'est pas faciles le rôles de pantin

      tu devrait peut être consulté un psychiatre car avec ton pays (pseudo-empire) imaginaire et satanistes tu devient aussi pire que les péquistanais (pauline,pkplouc et cie) et les autres mouvance pseudo-indépendantiste (écosse et catalognes)
    • générale morneaulten réponse àarboretum(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      arboretum, en espérant que les russe et l'opposition turc se débarrasse de merdrogan et le mettent dans le même états que normand l'amour avec sont achigan

      www.youtube.com/watch?v=JzIhmo_LR2A
    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres

    • Alexeï Pouchkov

      Quoique la propagande existe dans les médias occidentaux, dont certains rappellent parfois la Pravda du temps de l’URSS, les élites politiques européennes préfèrent en faire porter le chapeau à la presse russe qui présente une vérité gênante et un point de vue alternatif, d’après un sénateur russe qui a accordé une interview en français à Sputnik.

      473182
    • Le «Daechstan» syrien, est-il bien réel?

      Le terme «Daechstan» proposé par Jean-Marc Ayrault, a déjà fait couler beaucoup d'encre et a fait également l'objet d'un entretien de Sputnik avec Gérard Bapt, député du Parti socialiste (PS) et président du Groupe d'amitié France-Syrie.

      5874
    • Spitak : après le séisme

      À 11h41, le 7 décembre 1988, la région nord-ouest de l’Arménie a été dévastée par un fort séisme. En 30 secondes la ville de Spitak a été détruite.

      2400
    • Des tonnes d’agrumes en don aux habitants d’Alep-Est

      Les fermiers syriens de Lattaquié ont envoyé à Alep un convoi de camions chargés d’agrumes. Ces fruits sont destinés aux civils et aux soldats qui tiennent tête aux extrémistes.

      71562
    • Hagi Hassan Brita

      Brita Hagi Hassan est en visite à Paris depuis dix jours. Qui est celui que l’on présente comme le maire d’Alep, invité par des associations et reçu au Quai d’Orsay ? Est-il en train de "circuler entre différentes capitales pour essayer de continuer sa propagande » comme l'estime Gérard Bapt interrogé par Sputnik?

      212319
    • Le président sortant des Etats-Unis Barack Obama

      Barack Obama a reconnu que son pays était impliqué dans l'apparition du groupe État islamique. Cette idée a déjà été énoncée par le président syrien Bachar el-Assad et d'autres hommes politiques, y compris le successeur d'Obama Donald Trump.

      6610148