Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan, président turc

    Erdogan s'explique devant Poutine sur la véritable cible d’Ankara en Syrie

    © REUTERS/ Umit Bektas
    International
    URL courte
    124127801262

    Le lendemain de sa déclaration selon laquelle le but de l’opération militaire turque en Syrie est de mettre fin au règne d’Assad, le dirigeant turc revient sur ses propos. Ankara, affirme-t-il, lutte contre le terrorisme.

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la cible visée par l’armée turque en Syrie dans le cadre de son opération « Bouclier de l’Euphrate » n’était pas une personne ni un État, mais le terrorisme.

    Jeudi, le chef d’État turc a eu une conversation avec Vladimir Poutine, qui a fait suite à la récente déclaration de M. Erdogan à propos de l’offensive turque dans la République arabe syrienne.

    Le président turc avait déclaré mardi, dans une intervention, que l'armée turque avait amorcé une opération militaire en Syrie afin de mettre un terme au mandat du président de la Syrie Bachar el-Assad.

    Selon le conseiller du président russe, Youri Ouchakov, lors de la conversation téléphonique avec Poutine le président turc a donné une explication concernant cette déclaration.

    « Je peux seulement dire qu’une conversation téléphonique entre notre président et Erdogan a eu lieu et que ce sujet a été abordé », a-t-il indiqué devant les journalistes.  

    « Oui, il (M. Erdogan, ndlr) a donné des explications », a souligné M. Ouchakov, refusant de préciser si cette explication convenait à Moscou.

    Le ministre russe des Affaires étrangère Sergueï Lavrov a également commenté jeudi la conversation entre les dirigeants russe et turc, sans livrer de commentaires à propos de la déclaration de M. Erdogan. Selon le ministre, MM. Poutine et Erdogan, dans leurs entretiens, concrétisent régulièrement les accords conclus lors de leurs rencontres en personne.

    Depuis le 24 août, les militaires turcs mènent l'opération terrestre Bouclier de l'Euphrate dans le nord de la Syrie qui vise à lutter contre le groupe terroriste Daech. L'armée d'Erdogan a pris le contrôle de la ville frontalière de Jerablus, dans le nord de la Syrie, et poursuit son offensive dans le sud-ouest du pays. Le but initial de la mission, d'après M. Erdogan, était de chasser les terroristes de ce territoire de 5 000 kilomètres carrés afin d'y créer des zone sécurisées pour les réfugiés.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Moscou et Ankara s’entendent pour mettre fin aux hostilités à Alep
    Vladimir Poutine évite une guerre entre la Syrie et la Turquie
    Erdogan: «les terroristes en Syrie et en Irak se servent des armes de l'Otan»
    UE/Turquie: Erdogan menace d'ouvrir les frontières aux migrants vers l'Europe
    Tags:
    conversation, terrorisme, Youri Ouchakov, Recep Tayyip Erdogan, Sergueï Lavrov, Vladimir Poutine, Turquie, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • Mat
      Les turcs, ils changeront jamais, tout est bon pour noyer le poisson.
    • normandieniemen
      erdogan " on m'avait drogué et conditionné mentalement pour que je dise ca et quand je suis revenu a moi , mon entourage m'a relaté mes propos ,mais il etait trop tard . c'est encore un coup des putchistes pour me brouiller avec bachar et avec toi .
      poutine : " ca par exemple ! "
    • Miceal5035
      L'absence de commentaire de la partie russe en dit sans doute un peu plus long sur les désaccords "potentiels" entre les deux "alliés" de circonstances. La Turquie poursuit un objectif, quelle doit être la seule à connaître. C'est un double discours à minima. Le Président Erdogan rêve sans aucun doute d'être le vrai Calife du futur, et pour cela, malgré une apparence de renversement des alliances, il poursuit des objectifs qui ne datent pas d'hier.
      Les russes sont pragmatiques et j'en suis convaincu intelligents, et par ailleurs ils n'ont pas la mémoire courte. A suivre...
    • imouts
      Les dernières turqueries d'Erdogan !!! Enfin l'histoire ne dit pas ce que Poutine a répondu, mais ce fut certainement circonstancié !!!
    • Dolinduz
      Comme une petite impression qu'Erdogan a eu droit à une remontée de bretelles...
      ... juste une impression 😀
    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres

    • Alexeï Pouchkov

      Quoique la propagande existe dans les médias occidentaux, dont certains rappellent parfois la Pravda du temps de l’URSS, les élites politiques européennes préfèrent en faire porter le chapeau à la presse russe qui présente une vérité gênante et un point de vue alternatif, d’après un sénateur russe qui a accordé une interview en français à Sputnik.

      473182
    • Le «Daechstan» syrien, est-il bien réel?

      Le terme «Daechstan» proposé par Jean-Marc Ayrault, a déjà fait couler beaucoup d'encre et a fait également l'objet d'un entretien de Sputnik avec Gérard Bapt, député du Parti socialiste (PS) et président du Groupe d'amitié France-Syrie.

      5874
    • Spitak : après le séisme

      À 11h41, le 7 décembre 1988, la région nord-ouest de l’Arménie a été dévastée par un fort séisme. En 30 secondes la ville de Spitak a été détruite.

      2400
    • Des tonnes d’agrumes en don aux habitants d’Alep-Est

      Les fermiers syriens de Lattaquié ont envoyé à Alep un convoi de camions chargés d’agrumes. Ces fruits sont destinés aux civils et aux soldats qui tiennent tête aux extrémistes.

      71564
    • Hagi Hassan Brita

      Brita Hagi Hassan est en visite à Paris depuis dix jours. Qui est celui que l’on présente comme le maire d’Alep, invité par des associations et reçu au Quai d’Orsay ? Est-il en train de "circuler entre différentes capitales pour essayer de continuer sa propagande » comme l'estime Gérard Bapt interrogé par Sputnik?

      212319
    • Le président sortant des Etats-Unis Barack Obama

      Barack Obama a reconnu que son pays était impliqué dans l'apparition du groupe État islamique. Cette idée a déjà été énoncée par le président syrien Bachar el-Assad et d'autres hommes politiques, y compris le successeur d'Obama Donald Trump.

      6610148