Ecoutez Radio Sputnik
    La Crimée

    Un candidat à la présidence autrichiennne exhorte à reconnaître la Crimée russe

    © Sputnik. Sergei Malgavko
    International
    URL courte
    112507581

    Il faut respecter la volonté des Criméens, qui se sont prononcés pour redevenir Russes, déclare Norbert Hofer, le candidat à la présidentielle autrichienne du Parti autrichien de la liberté (FPÖ).

    Pour Norbert Hofer, le candidat du Parti autrichien de la liberté (FPÖ) qui brigue la présidence du pays, il n'y a pas de doute : la Crimée est russe et il faut respecter le désir de ses citoyens libres.

    « En mars 2014, le référendum en Crimée a démontré à quel pays le peuple avait le sentiment d'appartenir. Il est également primordial d'examiner cette question dans son contexte historique, voilà pourquoi il faut reconnaître la volonté des participants du référendum », a-t-il expliqué dans une interview à l'agence de presse autrichienne APA.

    Bien que l'ancien chef des Verts Alexander Van der Bellen ne partage pas entièrement le point de vue de son opposant, M. Hofer, il estime toutefois qu'une « entente politique et des accords sur la Crimée entre Moscou et Kiev » sont nécessaires.

    Alexander Van der Bellen a en outre déclaré que l'Autriche devrait maintenir de bonnes relations avec la Russie et les États-Unis. Il a notamment ajouté que la ligne politique que mènera Washington sous la présidentielle de Donald Trump restait incertaine.

    Norbert Hofer a convenu pour sa part que Vienne avait besoin d'être en bons termes tant avec Moscou qu'avec Washington. Selon lui, l'Autriche pourrait devenir un intermédiaire entre les deux puissances mondiales.

    « Un sommet entre la Russie et les États-Unis sur le territoire autrichien renforcerait notre rôle en tant qu'État neutre et ramènerait à l'Autriche son ancienne influence », a conclu M. Hofer.

    La Crimée et Sébastopol ont été rattachées à la Russie à la suite d'un referendum qui s'est tenu en mars 2014. 96,77 % des Criméens et 95,6 % des habitants de la ville de Sébastopol (ville criméenne avec un statut particulier) ont voté pour le rattachement à la Russie. La péninsule avait été « offerte » à l'Ukraine par Nikita Khrouchtchev en 1954.

    Aujourd'hui, l'Ukraine continue de considérer ce territoire comme le sien. La majorité des pays occidentaux soutiennent la position de Kiev et ont introduit des sanctions antirusses en 2014.

    Selon le président russe Vladimir Poutine, la question de la Crimée est « close une fois pour toutes ».

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

     

    Lire aussi:

    L'Autriche à la Turquie: pas d'accord sur les migrants, pas d'argent!
    L’Autriche tire à boulets rouges sur la politique migratoire de Merkel
    Reprenez vos migrants! L'Autriche menace de traîner la Hongrie en justice
    En Autriche, les hôteliers font la guerre aux punaises à l'aide de chiens
    Tags:
    référendum, Alexander Van der Bellen, Norbert Hofer, Crimée, Autriche, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik