Ecoutez Radio Sputnik
    Theresa May. Archive photo

    Fini, le festin traditionnel de l’UE pour Theresa May

    © REUTERS/ Peter Nicholls
    International
    URL courte
    192684314

    Non, madame la première ministre, un pied dans l’UE et l’autre en dehors, ça ne marche plus! Tandis que la première ministre britannique garde tout le processus de la sortie britannique de l’UE sous couvert de mystère, les Vingt-Sept agissent plus vigoureusement: Theresa May n’est plus invitée au dîner traditionnel du sommet à Bruxelles.

    Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a invité les membres de l'UE à une réunion d'une journée à Bruxelles, après quoi les dirigeants des 27 pays procéderont à un dîner.

    En pleine incertitude causée par la date indéfinie du Brexit, Theresa May s'est laissé prendre à son propre piège. Les Vingt-Sept lui ont claqué la porte au nez, en ne l'invitant pas à un dîner traditionnel de fin d'année en compagnie des autres dirigeants de l'Union européenne après le sommet de Bruxelles prévu pour la semaine prochaine.

    Lors du dernier sommet de l'UE, en octobre, Mme May et ces ex-collègues de l'UE s'étaient régalés de pétoncles poêlés, d'agneau au figuier rôti et de parfait à vanille, relate The Telegraph.

    Cinq mois après le référendum du 23 juin, la première ministre Theresa May n'a guère livré de détails sur sa stratégie de sortie de l'UE, bien qu'elle ait promis de lancer le processus d'ici fin mars.

    Par la suite, Bruxelles commence petit à petit à durcir le ton envers le Royaume-Uni. Le 30 novembre, la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil européen Donald Tusk ont refusé de discuter prématurément les droits des expatriés britanniques dans l'UE après le Brexit.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    «Vote leave»: le tabloïd The Sun a versé plus de 113.000 EUR pour promouvoir le Brexit
    La banque d'Angleterre dépense 100.000 livres pour une soirée après le Brexit
    Le pudding de Noël, victime du Brexit
    Tags:
    dîner, réunion, Union européenne (UE), Theresa May, Donald Tusk, Bruxelles, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • Harry Cover
      Les européens sont en train de se faire avoir sans vouloir s'en rendre compte: les anglais sont encore aux commandes pour activer en Europe ce qui les rendra plus compétitifs: comme les taxes sur les transactions financières; et bien d'autres projets bien avancés (suppression des visas avec l'Ukraine qui accueille des réfugiés à tour de bras)...
      Ils peuvent encore agir politiquement en Europe, mais leur intérêt n'est plus le notre ou celui de l'Europe, au contraire.
    • CocoChannel
      Une pique-assiette de moins ! Ca, ça s'appelle agir "vigoureusement" !
    • BEen réponse àHarry Cover(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Harry Cover,

      Comme si l'U.E. oeuvrait pour le bien de l'Europe ... x)
      Encore moins pour nous...

      La suppression des visa avec l'Ukraine ne les rendra pas plus compétitifs (les Anglais).

      Puisque ça va baisser non salaires...

      ça ne va pas les aider et encore moins nous aider nous...
      Le salaire mensuel moyen d'un Ukrainien c'est 300EUR brut...

      S'ils entrent dans l'U.E. je peux vous assurer que nos salaires qui seront revus à la baisse vont bénéficier aux multinationales et financiers...

      Quant à nos emprunts individuels ; on va avoir du mal à les rembourser...
      Ce qui sera tout bénef pour les banques qui vont récupérer des biens réels en contre-partie d'un prêt d'argent qu'elles n'ont jamais possédé...

      En bref, l'Ukraine dans l'U.E. ; c'est notre mort a tous...

      il y a sans doute quelques PME qui se frottent les mains sur une telle baisse de salaires... Mais si leur clientèle n'est pas hors U.E. elles vont le payer cher aussi.
    • sputniknews_1
      Au moins on pourra pas lui reprocher de participer à la gabegie.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres