Ecoutez Radio Sputnik
    Télé

    Maria, 19 ans, tuée par un réfugié: l’assourdissant silence de la télé allemande

    © Fotolia / Karelin Dmitriy
    International
    URL courte
    386105

    Le Tagesschau, le journal du soir de la première chaîne de télévision allemande ARD, a été accusé de passer sous silence l'assassinat et le viol d'une étudiante par un réfugié afghan de 17 ans. Expliquée comme politiquement motivée par des politiciens et des médias, cette censure serait motivée par des considérations éthiques, assure la chaîne.

    L’épouvantable assassinat suivi du viol d’une étudiante en médecine de 19 ans, Maria Ladenburger, bénévole dans un centre pour migrants pendant son temps libre à Fribourg, a été commis par un Afghan de 17 ans qui est passé aux aveux.

    La décision de la première chaîne allemande de ne pas couvrir cet assassinat retentissant, qui a déclenché de vives polémiques, a été critiquée non seulement par les internautes mais aussi par les autorités allemandes et différents médias.

    Ainsi, le président de la commission de l’Intérieure du Bundestag, Ansgar Heveling, a déclaré mardi que cette tentative de taire les événements marquants produit une «mauvaise  impression ». Et de souligner que l’assassinat et le viol de l’étudiante avait été annoncé dans les médias du pays bien avant que la personnalité de l’assassin n’ait été révélée. 

    « Je considère que la décision prise par le Tagesschau est mauvaise, parce que de toute évidence elle crée l’impression que l’assassinat a été tu car le suspect est un mineur entré dans le pays sans accompagnement, et requérant l’asile politique. Cela crée une impression désagréable », a-t-il déclaré mardi lors de son intervention pour le groupe médiatique allemand Funke Mediengruppe.

    La déclaration de la chaîne allemande ARD n’a fait que mettre le feu aux poudres. 

    « Le Tagesschau ne parle que rarement  des faits divers», a déclaré le chef de la rédaction Kai Gniffke.

    « Le Tagesschau rapporte des événement sociaux nationaux et internationaux importants. L’affaire de l’assassinat n’en fait pas partie (…). Nous ne voulons pas et nous ne pouvons pas parler de chacun des trois cent meurtres qui ont lieu chaque année », a expliqué la chef de la rédaction de la chaîne.

    M. Gniffke souligne que l’origine de l’assassin présumé n’a aucun rapport avec la décision de la chaîne. Pourtant, les internautes ainsi que d’autres médias y voient un prétexte purement politique.

    « Même si la décision de  ne rien annoncer (sur l’assassinat, ndlr) était basée sur l’éthique journalistique et la politique de la rédaction, elle constitue au moins, de par son influence, une décision politiquement motivée », commente le Spiegel Online.

    Pour répondre à l’allégation du rédacteur en chef de l’ARD que selon laquelle « l’origine du criminel supposé ne change rien à l’affaire en principe », un internaute rétorque sur Twitter:

    « Si, ça change tout. Car ça prouve une fois de plus quel danger nous avons laissé entrer dans notre pays ».

    ​« Si une personne nie toujours que "la culture de la bienveillance" est dangereuse, il faudrait se demander quelles sont ses motivations », estime un autre internaute.

    ​La chaîne ARD a finalement mentionné ce sujet en passant dans son émission Tagesthemen (les thèmes du jour en allemand). Les rédacteurs l’ont évoqué en parlant d’une interview de la chancelière allemande Angela Merkel qui a mis en garde contre l’hostilité envers tous les réfugiés.

    « L’assassinat de l’étudiante a choqué Fribourg » 

    « Il ne faut pas rejeter tout un groupe de personnes et on ne doit pas juger un groupe selon une personne », est-il indiqué dans le reportage.

    La déclaration du porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert va dans le même sens, en soulignant qu’il ne s’agit que d’un crime commis par un réfugié en particulier. 

    La vice-présidente de l'Union chrétienne démocrate (CDU) Julia Klöckner a souligné que des crimes similaires sont commis aussi bien par des citoyens allemands que par des réfugiés.

    Le 16 octobre dernier, alors que Maria revenait à vélo d'une soirée, un migrant afghan de 17 ans l'a violée et noyée dans une rivière de la ville. Son corps a été retrouvé et le coupable est passé aux aveux.

    Maria était la fille d'un haut fonctionnaire de l'UE, Clemens Ladenburger.

    Il est possible que le migrant afghan soit aussi l’assassin de la joggeuse Carolin G. (27 ans), qui a été violée et assassinée à Endingen début novembre. L’enquête est en cours.


    Lire aussi:

    Et le pays le plus censuré sur Facebook c'est…
    Les abus sexuels à la BBC passés sous silence pendant cinq décennies
    Sputnik exhorte l’UE à ne pas admettre la censure d’État
    Une nouvelle opération du Pentagone passée sous silence par les médias US
    Poutine: l'Occident s'exerce à la censure, mais en accuse la Russie
    Tags:
    viol, meurtre, censure, réfugiés, Tagesthemen d'ARD, Tagesschau d'ARD, ARD (TV), Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Allemagne, Bundestag, Kai Gniffke, Julia Klöckner, Ansgar Heveling, Maria Ladenburger, Steffen Seibert, Angela Merkel, Fribourg-en-Brisgau (Allemagne), Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik