Ecoutez Radio Sputnik
    Le «Daechstan» syrien, est-il bien réel?

    Le «Daechstan» syrien, est-il bien réel?

    © REUTERS / Abdalrhman Ismail
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)
    24432
    S'abonner

    Le terme «Daechstan» proposé par Jean-Marc Ayrault, a déjà fait couler beaucoup d'encre et a fait également l'objet d'un entretien de Sputnik avec Gérard Bapt, député du Parti socialiste (PS) et président du Groupe d'amitié France-Syrie.

    Selon le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, la stratégie russe, surtout le soutien au président Bachar el-Assad, sur le sol syrien pourrait conduire à un « Daechstan » en Syrie. Selon lui, la Russie entretiendrait l'instabilité en Syrie, ce qui jouerait en faveur de Daech, ce qui pourrait conduire à une partition de la Syrie avec la constitution d'un vrai « Daechstan ». Ce risque est-il bien réel? Sputnik a contacté Gérard Bapt, député PS et président du Groupe d'amitié France-Syrie.

    « Je pense que Jean-Marc Ayrault est mal informé, parce qu'aujourd'hui partout, l'État islamique est en recul », a-t-il estimé. « Ce qui est en jeu c'est pour l'avenir de la Syrie l'unité territoriale, l'intégrité de la Syrie dans ses frontières actuelles, peut-être bien entendu au gré d'une décentralisation sur telle ou telle région, ce qui avait été déjà engagé par un certain nombre de réformes administratives ».

    Pendant très longtemps, Daech a profité de la porosité entre un certain nombre de groupes qui sont aussi des djihadistes comme al-Nosra, poursuit M. Bapt. À cet égard, il importe de reconnaître la responsabilité de ceux qui arment ces groupes.

    « Il faut bien entendu constater la responsabilité de ceux qui arment ces groupes, qui parfois d'ailleurs s'en prennent à des opposants plus modérés, comme cela a été le cas encore dans un certain nombre de provinces syriennes en dehors même parfois de la présence de Daech ».

    Il y a eu récemment des déclarations, y compris de manière assez surprenante et bienvenue de l'Arabie saoudite, disant qu'il fallait maintenant aller vers une solution politique, alors qu'il y a quelques semaines les représentants soit de l'Arabie saoudite soit du Qatar disaient qu'il fallait continuer à armer les groupes islamistes, souligne-t-il.

    « Il va falloir trouver une transition politique et en tenant compte bien entendu de l'État syrien, tel qu'il existe et qui est personnifié aujourd'hui par le président Assad », résume le député.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Situation en Syrie (hiver 2016/17) (165)

    Lire aussi:

    Onu: Moscou fustige un nouveau projet de résolution sur la Syrie
    La lutte contre le terrorisme en Syrie en est à son stade final
    Syrie: la ville d'Al-Tall repasse sous contrôle de Damas
    70 % du territoire d’Alep-Est désormais sous le contrôle de l'armée syrienne
    Tags:
    crise syrienne, extrémisme, terrorisme, Etat islamique, Jean-Marc Ayrault, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik