Ecoutez Radio Sputnik
    graffiti Trump

    «Plus on dévoile de saletés sur Trump, plus ses partisans s’en fichent»

    © Flickr/ Kristoffer Trolle
    International
    URL courte
    Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)
    4210
    S'abonner

    Les démocrates préparent un «cadeau» à Donald Trump: un centre opérationnel exclusivement chargé de lui nuire. Toutefois, cette activité les conduira dans l’impasse car les gens ne font plus attention aux saletés concernant le président élu.

    David Brock, allié indéfectible d'Hillary Clinton, a créé une salle de crise au sein de son comité d'action politique qui vise à fouiller dans la vie du président élu Donald Trump pour lui rendre la vie impossible une fois qu'il entrera la Maison Blanche.

    Selon le professeur de politique américaine Robert Guttman, l'organisation de David Brock ne sera pas la seule engagée dans une telle activité. Face à lui, un groupe non-gouvernemental pro-Trump pourrait faire son apparition.

    En guise d'exemple, il a évoqué l'activité de la directrice de campagne de Trump, Kellyanne Conway, qui « a probablement compris que son travail dans l'administration présidentielle ne lui rapporterait pas beaucoup d'argent ».

    « Nous avons appris (…) qu'elle pourrait diriger un groupe qui va rendre compte des succès atteint par le républicain de 70 ans. D'un côté, ce sera une organisation non gouvernementale qui soutient Trump et raconte comment il travaille, et d'un autre côté, ce sera l'organisation de David Brock qui tente de nuire au futur président », explique l'expert dans une interview à Sputnik.

    Mais où plongent leurs racines les organisations chargées de nuire à la réputation du président élu? M. Guttman pointe les démocrates et sa candidate Hillary Clinton qui disposent d'énormes sommes d'argent pour financer ces activités. En outre, les électeurs déçus par la victoire de M. Trump pourraient les rejoindre et seront prêts à investir beaucoup d'argent afin de fouiller dans son passé.

    « Ils peuvent trouver des informations qui peuvent impacter négativement son image. Mais à chaque fois qu'on dévoile ces informations (sur Trump, ndlr) au public, il semble que les partisans de Trump le soutiennent davantage », déclare-t-il.

    L'expert a évoqué l'accord que le président élu a conclu avec la société Carrier Corp pour que la société ne transfère pas sa production au Mexique et conserve des milliers d'emplois dans l'État de l'Indiana. Par la suite, les médias ont appris qu'il y a neuf ans M. Trump avait poursuivi la même société en justice.

    « Par conséquent, plus on essaie de dévoiler de saletés sur Trump, plus ses partisans s'en fichent. Donc, l'idée de peindre un portrait au vitriol de Trump est inutile. Habituellement, lorsque les gens trouvent quelque chose de négatif sur une personne, cela affecte sa réputation. Nous avons qualifié Reagan "Président Téflon", parce que les scandales et les mauvaises nouvelles ne l'affectaient pas. Donald Trump n'a pas encore pris ses fonctions, donc nous pouvons l'appeler le "Président élu Teflon" », a conclu le professeur.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Dossier:
    Donald Trump, 45e président des États-Unis (182)

    Lire aussi:

    Mais que souhaitera le Père Noël russe à Trump pour le Nouvel An ?
    Présidentielle US: un grand électeur du Texas refuse de voter Trump
    Pékin promet de riposter aux «provocations» de Trump
    Tags:
    partisans, groupe, Donald Trump, Hillary Clinton, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik