Ecoutez Radio Sputnik
    EU flag

    Le régime sans visas pour l’Ukraine et la Géorgie mais pas pour la Turquie?

    © Flickr / Giampaolo Squarcina
    International
    URL courte
    21193

    Selon le parlementaire turc Mehmet Günal, son peuple est las des retards infinis dans le processus d’adhésion à l’UE et Ankara se croit en position morale de réviser ses relations avec l’Europe.

    La décision de donner le feu vert à la suppression des visas pour les citoyens ukrainiens et géorgiens, adoptée hier par le Parlement européen, témoigne de la politique de deux poids deux mesures menée par l’Europe par rapport à la Turquie, a déclaré dans une interview à Sputnik le vice-président du Parti d’action nationaliste (parti parlementaire d’opposition) Mehmet Günal.

    Selon lui, la Turque se penche actuellement sur la question du gel du processus de négociations avec l’UE.

    « D’une part, le Parlement européen souligne la nécessité pour Ankara de respecter les conditions de l’accord sur les migrants, et d’autre part, il continue d’insister pour que nous apportions des modifications à la loi antiterroriste, ce qui est inadmissible pour nous. Franchement, nous ne considérons pas cette approche de Bruxelles comme équitable ».

    D’après le parlementaire, la population turque est lasse de ce processus prolongé.

    « La période de fiançailles ne peut pas durer 53 ans », a-t-il indiqué, se référant à l’accord d'Ankara (ou accord créant une association entre la Communauté économique européenne et la Turquie), signé le 12 septembre 1963.

    Selon Mehmet Günal, à cause de cette politique de deux poids deux mesures, le peuple turc ne pourra pas accepter cette initiative.

    « Que signifient les déclarations de Bruxelles sur l’éventuelle organisation de rencontres bilatérales si on observe désormais un gel de négociations ? Je ne comprends pas comment on peut geler quoi que ce soit s’il n’y a aucun progrès », s’exclame le vice-président du Parti d’action nationaliste.

    Selon lui, dans le cas de l’UE, tout se résume à la recherche de prétextes et d’excuses.

    Suite à la publication de l'accord d'association entre l'UE et la Turquie en 1963, Ankara a demandé à adhérer à l'UE en 1987. Les négociations sur son adhésion n'ont commencé qu'en 2005 et ont été plusieurs fois suspendues à cause de nombreux différends. Actuellement, 16 des 35 chapitres du dossier des négociations sont ouverts.

    En mars 2016, les leaders des pays membres de l'UE ont accepté de rendre les négociations plus actives en échange de l'accord de la Turquie pour limiter le flux de réfugiés en Europe. 

    Le Parlement européen a donné jeudi son feu vert à la suppression des visas pour les citoyens ukrainiens et géorgiens. L'initiative sera également soumise à l'examen de la Commission européenne. 

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le Parlement européen vote le gel des pourparlers sur l'adhésion de la Turquie à l'UE
    La Turquie a-t-elle perdu ses chances d’adhérer à l’UE?
    Gelée par l’UE, la Turquie regarde vers l’Est
    Le Parlement européen vote le gel des pourparlers sur l'adhésion de la Turquie à l'UE
    Tags:
    deux poids deux mesures, révision, Parti d’action nationaliste (Turquie), Parlement européen, Turquie, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik