International
URL courte
17552
S'abonner

Sous l’influence de la corporation pétrolière Exxon Mobil, le Sénat américain retarde l’examen du projet de loi qui pourrait rendre plus compliquée la levée des sanctions antirusses.

Comme l'indique le journal Politico, le géant pétrolier américain Exxon Mobil exerce une influence sur le Sénat américain afin de retarder l'examen du projet de loi censé rendre plus compliquée la levée des sanctions antirusses.

Ainsi, l'administration du président élu Donald Trump pourrait adopter une vision plus réaliste à l'égard des relations russo-américaines.

Le projet de loi appelé Acte de la stabilité et de la démocratie en Ukraine insiste sur le fait que les pouvoirs du président américain concernant la levée des sanctions antirusses devraient être liés au statut de la Crimée. Les auteurs du projet demandent ni plus ni moins « la restitution de la souveraineté ukrainienne sur la Crimée ».

La semaine dernière, ce projet de loi aurait dû être examiné au Sénat américain, mais des lobbyistes de la société pétrolière Exxon Mobil ont entravé cet examen.

Le 13 décembre dernier, Rex Tillerson, qui était le chef de la société Exxon Mobil, a été proposé par Donald Trump en tant que candidat au poste de secrétaire d'État américain. Il a démissionné de son poste au sein de l'entreprise pétrolière suite à cette décision du président élu américain.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Trump à propos du drone US capturé par la Chine: «Qu’ils le gardent!»
Trump promet un nouveau cap dans la politique étrangère US
Trump prêt à nommer Stallone chef du Fonds national pour les arts
Trump sème la division parmi les Juifs américains
Tags:
pétrole, sanctions, ExxonMobil, Rex Tillerson, Donald Trump, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook