Ecoutez Radio Sputnik
    Un Airbus

    L’Iran achètera 100 Airbus pour près de 19 mds EUR

    © Sputnik . Marina Lystseva
    International
    URL courte
    16162
    S'abonner

    L’aviation civile iranienne disposera de 100 avions Airbus pour une somme de 19 milliards d’euros. D’après l’expert français sur l’Iran Bernard Hourcade, ce marché est le symbole du renouveau de l’économie locale.

    La République islamique d'Iran a confirmé la commande de 100 avions civils de fabrication Airbus pour près de 19 milliards d'euros, confirmant son statut de « pays intéressant pour toute activité économique italienne, française ou allemande », a déclaré Bernard Hourcade, directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et auteur du livre Géopolitique de l'Iran, dans une interview accordée à Sputnik.

    « D'un point de vue économique, les choses sont claires, l'Iran est un marché potentiel important après 35 ans de mise à l'écart et donc en matière d'automobile, d'aviation, de transport, de chimie dans tous les domaines », a indiqué l'expert.

    Dans le cadre du marché, Téhéran achètera 46 exemplaires de court-courriers A320, 38 long-courriers A330 et 16 exemplaires du nouveau A350.

    Selon l'interlocuteur de Sputnik, « politiquement, les choses sont plus compliquées, l'Iran reste le pays qui a longtemps été un État voyou, un État ennemi de la France ». Aujourd'hui, la situation internationale a beaucoup changé, car ce sont les « monarchies pétrolières », anciens amis de la France, qui « jouent un rôle important dans le terrorisme international ».

    Alors, malgré certaines difficultés, le partenariat avec l'Iran revit une « phase de recomposition politique et de réévaluation » sur fond de forte concurrence avec la Chine, « qui, pendant les années de fermeture, a été un des partenaires économiques de l'Iran ».

    Pour Téhéran, c'est bien Moscou qui s'avère un partenaire économique et politique « de plus en plus présent » en matière de pétrole ou de gaz notamment.

    Malgré les accords avec les sociétés européennes, sur fond de sanctions américaines, Washington a toujours cette « possibilité d'interdire une entreprise française, allemande ou italienne d'aller travailler en Iran, en menaçant de sanctions sur le marché international », a déploré Bernard Hourcade.

    De plus, « les sanctions résiduelles restent toujours très importantes, c'est une menace très grave au moment où Trump a signalé aux États-Unis qu'il allait déchirer l'accord sur le nucléaire », a souligné l'expert du CNRS.

    Par contre, l'image de l'Iran sur l'échiquier politique international est également embellie par sa lutte antiterroriste en Syrie, et « avec les Airbus, on constate que l'Iran existe aussi économiquement ».

    Auparavant, la République islamique d'Iran avait acheté 80 avions civils de la marque américaine Boeing, rivale directe de la société européenne Airbus.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Les USA autorisent la vente d'Airbus à l'Iran
    La Russie planifie de livrer 100 Sukhoi Superjet 100 en Iran
    Les USA ont envoyé 1,7 Md USD en Iran
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Tags:
    commande, concurrence, lutte antiterroriste, avions, pétrole, Airbus A330, Airbus A350, Airbus A320, CNRS, Airbus Group, Sputnik, Bernard Hourcade, Iran, Chine, Syrie, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik