International
URL courte
1082880
S'abonner

Le Conseil de sécurité de l'Onu a exigé qu’Israël cesse les implantations dans les territoires palestiniens et à Jérusalem-Est. Vivement opposé à cette résolution, le président US élu a clairement défini ses priorités en martelant que son arrivée au pouvoir marquerait un tournant décisif dans les relations avec l’organisation.

Le président élu des Etats-Unis Donald Trump a déclaré qu’après son investiture «  tout changerait en ce qui concerne l’Onu  ».

Telle était sa réaction à la nouvelle résolution adoptée par le Conseil de sécurité de l’ONU sur la question israélo-palestinienne.

Vendredi, pour la première fois depuis 1979, le Conseil de sécurité a demandé à Israël de cesser les implantations dans les territoires palestiniens et à Jérusalem-Est, dans une résolution rendue possible par la décision des Etats-Unis de ne pas utiliser leur droit de veto.

Les Etats-Unis se sont abstenus alors qu'ils avaient toujours soutenu Israël jusqu'ici sur ce dossier extrêmement sensible. Les 14 autres membres du Conseil ont voté en faveur de ce texte initialement proposé par l'Egypte. M.  Trump avait appelé à imposer un veto comme Washington l’avait toujours pratiqué.

«  En ce qui concerne l’Onu, tout changera après le 20 janvier  », a écrit M.  Trump sur son compte Twitter, en allusion à sa date d’investiture.

Suite à l’adoption de la résolution, Israël a vivement critiqué cette démarche du Conseil de sécurité. «  Israël rejette cette résolution anti-israélienne honteuse des Nations unies et ne s'y conformera pas  », ont affirmé dans un communiqué les services du premier ministre Benjamin Netanyahu cités par l’AFP.

Il s'agit d’un «  grand camouflet  » pour Israël, a estimé de son côté Nabil Abou Roudeina, porte-parole de la présidence palestinienne, parlant «  d'une condamnation internationale unanime de la colonisation et d'un fort soutien à une solution à deux Etats.  »

Ce dossier international se double d'une divergence marquée entre l'administration américaine sortante de Barack Obama et Donald Trump. Le porte-parole de la Maison Blanche Ben Rhodes a rappelé à Donald Trump que jusqu’à son investiture le président sortant restait à la tête des Etats-Unis.

La résolution juge illégitime la création de toute colonie de peuplement par Israël dans les territoires palestiniennes occupés depuis 1967 et la qualifie de «  violation flagrante du droit international  » qui reste le principal obstacle sur la voie vers le règlement du conflit israélo-palestinien.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Défaite des démocrates: Trump sur la même longueur d’onde que Poutine
Le Hamas accuse Israël d’avoir éliminé son chef de programme de drones
Israël prépare une opération contre Daech
Tags:
changements, ONU, Donald Trump, Palestine, Israël, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook