Ecoutez Radio Sputnik
    Expert français: les USA tentent d’entraîner Poutine dans une course aux armements

    Expert français: les USA tentent d’entraîner Poutine dans une course aux armements

    © Sputnik. Sergey Guneev
    International
    URL courte
    596438811

    Les USA veulent entraîner Moscou dans une course aux armements que Poutine refuse d’entamer, a déclaré à Sputnik Laurent Henninger, historien et chargé d'études à la Revue Défense Nationale. L'expert s’est aussi exprimé sur les fantasmes de l'Occident sur l’Ukraine et la contribution de la Russie à la libération d’Alep.

    Dans une interview accordée à Sputnik, l'historien et chargé d'études à la Revue Défense Nationale Laurent Henninger a abordé plusieurs sujets d'actualité en relations avec la Russie.

    M. Henninger a souligné le rôle de la Russie dans la libération de la ville d'Alep et a précisé que «  prendre une ville est une opération militaire parmi les plus difficiles et les coûteuses en hommes.  »

    Toujours sur la Syrie, l'historien a commenté la déclaration de Vladimir Poutine selon laquelle la réussite dans la région «  n'aurait pas été possible sans la coopération de la Turquie, de l'Iran.  » M.  Henninger est d'avis que le président russe a su choisir une bonne ligne politique afin d'impliquer plusieurs pays dans la lutte antiterroriste.

    «  M.  Erdogan a l'air de naviguer entre tous les extrêmes et je pense que M.  Poutine le sait et par conséquent M. Poutine adapte sa diplomatie, sa stratégie vis-à-vis de la Turquie, de M.  Erdogan, à ce fait, à ces fluctuations et donc il alterne fermeté et en même temps ouverture  », a-t-il affirmé.

    «  A ceux qui reprochent aux Russes d'avoir commis un génocide par le biais de l'aviation à Alep, je répondrais  : on va voir ce que vont faire les Américains à Mossoul. Et cette fois c'est pas +on va voir+ mais +on a vu+ ce que l'aviation américaine a fait en Irak par exemple  », a poursuivi M. Henninger.

    Il souligne d'autre part que l'opinion de la communauté internationale sur le dossier ukrainien est souvent erronée.

    «  Les postures de l'Europe et des Etats-Unis vis-à-vis de ce conflit (ukrainien, ndlr) me paraissent complètement scandaleuses.  », a-t-il indiqué à Sputnik, précisant qu'il parlait en son nom et pas au nom de l'institution dans laquelle il travaille.

    «  Il y a une grande masse des Occidentaux qui ne savent pas et qui fantasment et puis il y a des dirigeants qui eux ne fantasment pas du tout et qui savent très bien qu'ils disent des mensonges mais il n'y a pas de vraie implication russe en Ukraine.  », a-t-il déploré.

    Laurent Henninger est d'avis que les Etats-Unis cherchent à relancer une course aux armements que Vladimir Poutine refuse pourtant d'entamer.

    «  Pour  moi il y a une puissance du mal actuellement sur Terre, c'est les Etats-Unis d'Amérique, c'est les Anglo-Saxons, c'est l'hypercapitalisme des Anglo-Saxons (…).   Je pense qu'ils essaient de relancer une course aux armements, ne serait-ce que parce qu'au cœur de ce système impérial planétaire il y a un complexe militaro-industriel (…). Là en ce moment ce qu'ils ont en train de faire c'est, effectivement comme ils ont fait sous M.  Reagan, de déclencher une course aux armements pour obliger l'adversaire à suivre et à se ruiner. C'est ça ce qu'ils veulent faire et Poutine le sait bien. (…). Il refuse cette course  », a conclu l'expert.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Poutine et Trump se rapprochent, un ex-ambassadeur en Russie s'agite
    Défaite des démocrates: Trump sur la même longueur d’onde que Poutine
    Ambassadeur assassiné: «Poutine n’est pas tombé dans le piège des terroristes»
    Tags:
    Laurent Henninger, Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Europe, Syrie, France, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik