International
URL courte
Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)
19501
S'abonner

La Turquie et la Russie se sont entendues ce mercredi sur un cessez-le-feu qui devrait entrer en vigueur le 30 décembre à minuit sur l’ensemble du territoire syrien, a annoncé « Anadolu », l’une des plus vieilles agence de presse turques.

Pour Bassam Tahhan, islamologue et politologue franco-syrien, spécialiste des questions internationales, il s'agit d'un tournant:

« L'accord qui vient d'être signé entre la Russie et la Turquie change complètement les prévisions données auparavant au sujet de l'avenir de la Syrie. Tout le monde croyait que la bataille d'Alep n'était qu'un pas pour d'autres batailles. Et là ce changement radical de la part d'Erdogan montre qu'Erdogan tourne le dos à l'Occident et on s'interroge: comment un pays qui fait toujours partie de l'Otan tourne le dos à l'Otan et continue d'avoir d'excellentes relations avec la Russie contre qui l'Occident a imposé des sanctions. »

Pour Tancrède Josseran, attaché de recherche à l'Institut de Stratégie et des Conflits, le moment est également décisif:

« On est face à un basculement de la guerre en Syrie puisque ce cessez-le feu montre qu'il y a aujourd'hui un accord tripartite qui existe entre la Russie, la Turquie et la Syrie. Comment expliquer cet accord tripartite qui semblait encore impossible il y a quelques mois? C'est assez simple: depuis le printemps 2016 la Turquie a littéralement enterré sa politique néo-ottomane, elle a fait un virage à 180 degrés, ce qui fait que la Turquie aujourd'hui ne veut plus s'ingérer dans les affaires intérieures de ses voisins, elle n'a plus d'ambitions néo-ottomanes comme elle a pu avoir ces dernières années. Et donc la Turquie a délaissé les grandes perspectives pour se concentrer sur des perspectives nationales, sur la défense du pré carré ».

Pour Bassam Tahhan, en cas de succès, l'accord devrait être la base des négociations politiques entre le gouvernement syrien et l'opposition que Moscou et Ankara veulent organiser à Astana, au Kazakhstan. On assiste en quelques semaines seulement à la réalisation d'objectifs que la coalition n'arrivait pas à obtenir depuis 2012.

« C'est un camouflet pour l'Occident dans la mesure où on parle plus beaucoup de Genève, — explique à Sputnik Bassam Tahhan. Le nouveau paysage de la région y est pour beaucoup. Il y a eu un geste très intelligent de la part de Poutine: c'est qu'il a impliqué les Turcs dans cette guerre d'une autre manière en leur disant qu'il a fermé les yeux, que les Turcs pouvaient entrer en déterminant une ligne jusqu'à la ville de Bab. Si je puis dire, c'est un cadeau empoisonné pour Erdogan parce que là, Erdogan se retrouve nez à nez avec Daech. Il doit se battre avec Daech, il ne peut plus reculer. D'où l'envoi de nouvelles troupes, il y a de ça quelques jours, après les lourdes pertes en matériel et en hommes dans la bataille d'al-Bab ».

Les négociations entre la Russie, la Turquie et l'Iran tenues récemment à Moscou et consacrées à la situation en Syrie ont stipulé un mécanisme de règlement de la crise dans ce pays.

« L'Iran participe aux négociations puisqu'il s'agit pour lui de faire pression sur son allié local qui est le Hezbollah. — considère Tancrède Josseran — Mais à mon avis il s'agit aussi pour les Iraniens de pouvoir discuter avec les Russes, les Turcs de l'avenir de la Syrie dans laquelle eux aussi se verraient sans doute octroyer une zone d'influence. La question est de savoir maintenant laquelle».

Pourtant, l'agence Reuters, tout en confirmant que la Turquie et la Russie ont préparé un accord pour un cessez-le-feu en Syrie, ajoute que le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a affirmé qu'Ankara n'avait pas l'intention de revoir sa position vis-à-vis du président Bachar el-Assad. Rien d'étonnant à cela pour Tancrède Josseran:

« C'est très ambivalent puisque pendant très longtemps les Turcs ont mis comme préalable à toute discussion le départ de Bachar el-Assad et maintenant ce n'est plus devenu une ligne rouge. De temps en temps c'est évoqué, mais à mon sens c'est évoqué par les autorités turques plus pour se sauver la face qu'autre chose et il est évident que Bachar el-Assad va se maintenir au pouvoir et les Syriens n'ont pas véritablement du côté loyaliste, du côté de Damas, de solution de rechange. »

Pour Tancrède Josseran les conséquences du cessez-le feu dans l'immédiat sont simples: « Il y a eu plusieurs négociations pour la Turquie et Moscou et les clauses en sont à mon avis les suivantes même si ce n'est pas officiel: c'est que la Russie a fait pression sur son allié syrien, sur Bachar el-Assad et celui-ci aurait abandonné la volonté de restaurer son emprise sur le nord de la Syrie. La Turquie se serait vue octroyer une zone d'influence le long de sa frontière pour faire barrage à l'expansion des Kurdes et du parti, à travers les Kurdes, du Kurdistan ».

Pour Bassam Tahhan, les résultats sont plus globaux:

« Cet accord entre la Russie et la Turquie montre aujourd'hui la suprématie de la diplomatie russe qui a réussi pratiquement l'impossible: à mettre dans sa poche la Turquie et à redonner de l'importance à l'Iran. Et là on voit que le rôle américain ne cesse de se rétrécir comme une peau de chagrin non seulement en Syrie, mais dans toute la région.»

Le scenario dans lequel « le monde civilisé » élimine « un dictateur sanguinaire qui tue son peuple » a déjà été joué par deux fois — en Irak et en Libye, où il s'est joué de la même façon.

Le fait que la Russie interfère et joue sa partition en Syrie « redonne espoir », selon les mots de l'archevêque d'Alep.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Dossier:
Négociations sur la Syrie à Astana (janvier 2017) (26)

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Biden appelle Poutine «Сloutine» en plein discours sur les relations russo-américaines – vidéo
Tags:
cessez-le-feu, Bachar el-Assad, Astana, Occident, Genève, Turquie, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook